Sinneth Soul - Mirror
3.0Note Finale

Sinneth Soul est le projet du multi-instrumentiste anglais de « black métal » Tomasz Frankiewcz. Se situant dans une veine atmosphérique, son nouvel opus Mirror est quasi instrumental et le thème principal de ce disque est un voyage intérieur qui serait une sorte de « flash back » musical fouillant dans le passé d’un personnage imaginaire. Postulat de départ assez glauque, pour une musique qui l’est tout autant mais qui reste poignante du début à la fin. Le visuel de la pochette montrant une violoncelliste pleurer des larmes de sang donne plus ou moins une vision globale d’une suite dévastatrice.

Ce fabuleux miroir censé retracer un passé douteux est un sujet récurent dans le cinéma fantastique auquel Sinneth Soul se réfère musicalement, et de manière assez indirecte. Parallèlement les anglais empruntent en plus quelques codes d’un « métal atmosphérique » non loin d’un univers musical dans la mouvance d’un Dead Can Dance. La ressemblance avec la formation de Lisa Gerrard tient dans les climats proposés, inquiétants, une voix lointaine et caverneuse venant ainsi hanter l’esprit de plusieurs  morceaux d’un album à la frontière d’une grande souffrance.  Les accords de piano souvent doublés de cœurs lointains donnent encore plus cette impression et cette sensation de désespoir que l’on peut ressentir à l’écoute de ce disque crépusculaire. Les riffs de guitares sont plus que minimalistes, n’arrangeant rien et ne pouvant qu’accentuer l’effroi qui émane de cette musique aux refrains d’outre tombe.

Rien dans cet album n’aspire au bonheur. Tout ici est sujet au spleen et la lente dégradation de ce personnage qu’on suppose être le héros de cette fable macabre. La batterie saccadée permet à l’ensemble de s’immerger dans les eaux troubles d’un océan d’inquiétude et dans lequel le personnage se débat pour mieux se perdre. Cet album est vraiment une longue et progressive descente en enfer dont on se remet difficilement. Mirror n’est donc pas un album à écouter légèrement, mais il offre l’intérêt d’interpeller l’auditeur potentiel ou bien l’amateur de curiosités discographiques, car le moins que l’on puisse dire c’est que Sinneth Soul est loin de laisser  indifférent, et rien que pour cela, il est bon de jeter une oreille sur ce disque, mais surtout pas un jour de déprime. Dans ce cas précis elle pourra se voir décupler.

SINNETH SOUL – MIRROR

Sinneth Soul - Mirror (2017)

Titre : Mirror
Artiste : Sinneth Soul

Date de sortie : 2017
Pays : Angleterre
Durée : –
Label : –

Setlist

01. Sacrum
02. Mirror’s Eyes
03. Sanctuary
04. Solar Eclipse
05. Internal Landscape
06. Rondo Diabolo
07. Crusader
08. Dark Atrium
09. I Am a Christian
10. Profanum
bonus rack
11. State Of Mind

Line-up

– Tomasz Frankiewcz : Vocals, Guitar, Drums, Back Vocals, Keyboard, All instruments

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany