Saris - Ghosts Of Yesterday
4.0Note Finale

Saris est un combo Allemand qui n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il existe depuis un peu plus de vingt ans et dont Ghosts Of Yesterday est seulement le quatrième album. J’avoue humblement n’avoir jamais écouté ces messieurs, et bien j’ai été fort séduit par ce « néo/prog » de très belle facture que Saris s’évertue à reproduire  sur leur dernier opus Ghosts Of Yesterday, en y reprenant intelligemment tous les poncifs inhérents à ce genre pourtant largement galvaudé. Rien ne nous est épargné sur ce disque concernant tout ce que l’on apprécie dans le genre mais néanmoins on se laisse prendre au jeu dont les règles imposées par Saris ne nous sont cependant pas étrangères. La longue durée déjà de cet album (plus d’une heure) nous prévient de l’efficacité et de la ténacité de Saris à nous immerger dans leur univers totalement ancré dans ce mouvement ayant fait les plus belles heures des Marillion, (époque Fish), Twelph NightPendragon, IQ j’en passe et des meilleurs. Et bien que ces ténors nous aient gratifié des plus beaux albums de « néo/prog » parus dans les années 90, Saris en prend le pari et parvient encore et encore à toucher au but consistant à nous surprendre un tant soit peu, nous qui en avons entendu d’autres. En cela on ne peut que leur en être reconnaissants, car Ghosts Of Yesterday se laisse écouter sans défaillir, et c’est du très certainement à  la présence de deux vocalistes, masculin et féminin respectivemen Derk Akkermann et Anja Günther doublant leurs voix sur les différents morceaux, apportant une touche nouvelle et empêchant une certaine lassitude qui n’est jamais présente à l’écoute de ce disque.

Je retiendrai avant tout le deuxième titre « Change My Yesterday« , qui est une compo endiablée et à vocation « popisante », mais c’est vraiment sur le troisième titre « Crying In The Rain«  que le duo excelle. Sur le titre éponyme, j’ai entendu quelques petites touches Genesiennes mais elles sont « Invisible« sur la fin du morceau, noblesse oblige, je vous parlerais aussi d’un des meilleurs titres de cet album « Grace Of Time », qui fait très mal. Après m’être bien régalé avec ces « fantômes du passé », j’ai pu découvrir les trois albums antérieurs de Saris, dont j’ai retenu celui qui est sorti en 2009 Curse Of Time et qui est en quelque sorte prédisait de leur futur musical et a très certainement influé à ce qu’ils ont composé sur Ghosts Of Yesterday que je placerai nettement un cran au-dessus. C’est bon signe pour la suite des événements , car si les teutons vont en progressant (ce serait un comble qu’ils régressent pour un groupe de « prog ») et bien leur prochain album  n’en sera que meilleur encore.

Tout est donc excellent sur ce disque, mais je vous ai gardé pour ma bonne bouche le titre qui clôt l’album et qui comme par hasard est le plus long (près de douze minutes), « Twilight«  est par conséquent LE titre incontournable de Saris car le plus ambitieux dans la forme. Une mention spéciale aux très  belles harmonies vocales qu’on trouve sur cette compo, dans la droite ligne du trio emblématique Crosby, Stills and Nash,  complétée par une construction parfaite, vous l’aurez compris, c’est du lourd, Saris a misé juste et nous a offert avec Ghosts Of Yesterday ce que l’on pouvait attendre de mieux dans un style qui nous est cher. Souhaitons ne pas attendre sept années avant de les voir sortir un nouveau disque, si celui-ci arrive à de nombreuses oreilles, il sera  déterminant dans la carrière de  Saris qui  pourra de fait s’imposer comme une des figures montantes d’un courant progressif contemporain.

SARIS – GHOSTS OF YESTERDAY

Saris - Ghosts Of Yesterday (2017)

Titre : Ghosts of Yesterday
Artiste : Saris

Date de sortie : 2017
Pays : Allemagne
Durée : 67’22
Label : Duck Drive Music Publishing

Setlist

1. Masquerade (5:12)
2. Shadows Of War (6:13)
3. Ghosts Of Yesterday (4:38)
4. Autumn Sky (6:11)
5. Twilight (11:14)
6. Mysterious Place (5:11)
7. Evermore (4:34)
8. Change My Yesterday (6:55)
9. Crying In The Rain (4:11)
10. Grace Of Time (6:58)
11. Lost In The City (6:05)

Line-up

– Derk Akkermann / Guitars, Keyboards, Programming
– Henrik Wager / Lead & Backing vocals
– Anja Günther / Lead & Backing vocals
– Lutz Günther / Bass, Backing vocals
– Jens Beckmann / Drums, Percussions

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany