RPWL - A Show Beyond Man and Time
4.0Note Finale

Ce n’est pas le premier concert qui est filmé dans cette ville de Katowice en Pologne, en effet le Théâtre Slaski Im Stanislawa Wyspianskigo a la particularité d’accueillir ce qui se fait de mieux dans le domaine du « prog » , « néo prog » et assimilé de la scène internationale. C’est donc là-bas que RPWL s’était produit le 22 février 2013 et avait donné ce superbe concert qui est impeccablement restitué sur ce dvd « A Show Beyond Man And Time ».

Le groupe jouait ce soir-là leur concept album du même nom sorti un an avant dont le thème est issu de l’œuvre de Nietzche « Ainsi parlait Zarathoustra ». Cet album fut chroniqué à sa sortie ici même et avait fait l’unanimité. Un vieux narrateur à la barbe blanche (incarnant certainement Nietzche lui-même), et donnant l’impression d’un sage homme introduit ce film sur lequel on assistera, bien calé dans son fauteuil à un   formidable concert d’ RPWL il y a un peu plus de trois ans et qui semble ici au sommet de son art.

Le show est constitué d’ombres chinoises assez étranges venant ponctuer le premier titre « Transformed », elles seront d’ailleurs présentes tout le long du set. Et de suite on rentre dans l’univers du groupe allemand, qui évolue toujours dans une sphère floydienne mais néanmoins hyper créative et très personnelle. On s’aperçoit d’autre part et notamment sur ce premier morceau, ainsi que ceux sur lesquels il interviendra aux claviers, que Yogi Lang en dehors de son talent incontestable de chanteur, se sert parfaitement du « moog », son jeu se rapprochant pas mal de celui d’un Mandfred Man, un autre maitre de cet instrument si particulier. Suivront ensuite onze autres morceaux, tous aussi géniaux les uns que les autres, Yogi Lang en tête, et RPWL donnent l’impression d’une relative facilité dans l’interprétation des morceaux composant ce concert, mais cela est trompeur car la musique que joue le groupe se construit habilement, elle est complexe tout en restant fluide – elle débouche pourtant au final vers un axe et des versants plus que mélodieux.

Yogi Lang s’essaie durant le show à différents effets « théâtraux » assez discutables, ses masques et costumes évoquant l’histoire Nietzchienne ramène quelque part à Peter Gabriel et Genesis, mais ici s’arrête la comparaison, car c’est évidement pour leur musique qu’RPWL s’inscrit comme un groupe incontournable de la scène actuelle et frise le plus souvent la perfection. Le light show projeté à l’arrière de la scène et sur les côtés est lui aussi assez impressionnant, il est co/signé de Zabine Reichhuber et de Judith Reichardt. Ce visuel fait montre de beaucoup d’inventivité, il est passionnant et permet aux musiciens de développer leur caractère très « planant » et aérien, il est vrai que nous ne sommes plus à l’époque « baba cool », mais RPWL a su réactualiser cette musique qui reste à bien des égards plus que contemporaine et vraiment en phase avec son époque. La cohésion du groupe est à présent totalement confirmée, les musiciens offrant sur ce concert une prestation d’une maitrise et d’un professionnalisme hors du commun, ceci n’excluant pas bien sûr une grande authenticité dans leur démarche musicale. Les cinq protagonistes formant le groupe sont parfaitement à l’aise dans leur jeu, une mention spéciale sera donnée à Yogi Lang et au fabuleux guitariste Kalle Wallner, on ressent évidement qu’il s’est imprégné au plus profond de sa personne, d’une veine Guilmourienne. Il démontrera sur ce concert l’étendue de son immense talent, son lyrisme et son phrasé guitaristique forcent le respect, il est digne des plus grands et se veut un des meilleurs disciples et descendants des Gilmour, Hackett, Latimer dont il s’est très certainement abondamment nourri.

Le concert touche à sa fin, et cerise sur le gâteau, pour le morceau « Roses » tiré de l’album « World Throught My Eyes » et concluant l’album, le groupe avait convié le sieur Ray Wilson au chant avec Yogi, les deux chanteurs arboraient un sourire radieux – cela fait du bien de constater qu’une nouvelle génération (toutes proportions gardées), reprenne un flambeau, que certains auraient voulu anéantir et croyaient déjà éteint.

Sur ce même dvd, on pourra trouver aussi l’interview de Lang et Wallner qui racontent et commentent tous deux leurs actualité, pour ceux que cela intéresse.

RPWL est à présent maitre de son art et caracole largement en tête de peloton des groupes émergents, ce très beau dvd est en une preuve flagrante, ces deux heures d’images et de musique ne peuvent que confirmer tout ce qui précède, et ce par le biais de ce dvd que tout fin connaisseur se doit de posséder.

RPWL – A SHOW BEYOND MAN AND TIME

RPWL - A Show Beyond Time and Man (2013)

Titre : A Show Beyond Man and Time
Artiste : RPWL

Pays : Allemagne
Durée : 115′
Date de sortie : 2013
Label : Metal Mind

Setlist

01. Transformed
02. We Are What We Are (The Keeper)
03. Beyond Man And Time (The Blind)
04. Unchain The Earth (The Scientist)
05. The Ugliest man (The Ugly)
06. The Road Of Creation (The Creator)
07. Somewhere In Between (The Dream Of Saying Yes)
08. The Shadow
09. The Wise In The Desert
10. The Fisherman
11. The Noon
12. Roses (with Ray Wilson)

Line-up

– Yogi Lang / Vocals, Keyboards
– Kalle Wallner / Guitar
– Marc Turiaux / Drums
– Werner Taus / Bass
– Markus Jehle / Piano, Keyboards

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires