Riversea - The Tide
4.5Note Finale

J’avais complètement craqué en 2013 avec Out Of An Ancient World, le premier album de Riversea, que j’avais adoré et qui était passé en boucle sur ma platine… et bien c’est le même scénario qui se répète sur le deuxième opus des anglais nommé tout simplement The Tide. Précisions : Riversea est le très ambitieux projet commun du fabuleux chanteur Marc Atkinson et du claviériste/guitariste Brendan Eyre (qui avaient collaboré avec le groupe hollandais Nine Stones Close fondé par Adrian Jones et avec qui ils ont enregistré trois albums) que l’on avait aperçu aux côtés de Tony Patterson sur le magnifique album Northland. Comme sur leur premier disque, c’est la mélodie qui prime sur The Tide dont chaque morceau est parfaitement interprété par des musiciens portés par le chant plus chaud que jamais de Marc Atkinson. Sa voix est d’une suavité infinie et provoque des grandes sensations auditives sur les douze titres composant cet album.

Le tempo mi lent de chaque composition offre au chanteur l’occasion de s’exprimer pleinement et de nous offrir de grands moments musicaux, et de surcroît lorsqu’il se voit relayé par la six cordes Gilmourienne de Brendan Eyre sur “Shine”, le plaisir n’en est que décuplé. Tout cet album est du même tonneau, rien est à jeter ici. Plus on avance sur The Tide,plus on a de surprises. Rares sont les albums qui possèdent autant de qualités créatives : les parties de synthé de “Your Last Day” et la formidable orchestration présente sur le final savent époustoufler.

La suite de l’album se trouve à l’avenant, tous les excellents musiciens collaborant à The Tide étant sans aucun doute une des raisons qui font du projet Riversea, une formation incontournable pour ceux (dont je fais partie) qui aiment les albums soignés, super bien chantés et hyper mélodiques. The Tide fait déjà figure de “classique” parmi les classiques, son originalité semble évidente, la mélancolie ambiante que nous ont concocté Atkinson et Eyre et qui se trouve omniprésente sur ce disque n’a d’égal que son fort caractère, plus sa grande authenticité qui contraste  singulièrement avec les musiques actuelles, ces musiques “kleenex” dont l’aspect éphémère ne fait aucun doute. C’est très loin d’être le cas de Riversea dont on a pas fini d’entendre parler, je pense que ce groupe ira très loin, il en a le talent et les capacités.

RIVERSEA – THE TIDE

Riversea - The Tide (2018)

Titre : The Tide
Artiste : Riversea

Date de sortie : 2018
Pays : Angleterre
Durée : 55’32
Label :

Setlist

1. Track Number Play Loved Track Name Buy Options Duration Listeners 1 The Tide (5:52)
2. 67 2 Shine (4:54)
3. Blasphemy (5:34)
4. Your Last Day (5:15)
5. Drowning In Vertigo (4:41)
6. The Design (4:13)
7. Strange Land (5:42)
8. Fall Out Warning (4:33)
9. Goodbye My Friend (5:07)
10. To Those That Are Left Behind (2:07)
11. Uprising (6:35)
12. The Tide (Reprise) (0:59) 

Line-up

– Marc Atkinson / lead & backing vocals
– Brendan Eyre / keyboards, piano, guitar, percussion, programming, composer & arrangemer
– David Clements / bass
– Alex Cromarty / drums

With:
– Peter Aves / guitar (1,7-9)
– Lee Abraham / guitar (2,11)
– Paul Cusick / guitar (3)
– Robin Armstrong / guitar (4)
– Martin Ledger / guitar (5)
– Simon Godfrey / guitar (6)
– Tony Patterson / flute (8,11)
– Olivia Sparnenn / backing vocals (1)
– Janine Atkinson / backing vocals (2,7,9,11)
– Louise Dawson / backing vocals (4)

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires