Radiohead - In Rainbows
4.5TOP 2007

Le successeur du semi-décevant Hail to the Thief (2003) aura mis trois ans à voir le jour. L’engagement politique de Radiohead était toujours vivace et depuis la réelection de G.W Bush (2002), le groupe n’avait plus grand chose auquel se raccrocher pour se remonter le moral. Côté inspiration, c’était une autre affaire : Thom Yorke ayant déjà livré son premier jet en solitaire en 2006 (The Eraser, dans la continuité de l’œuvre groupale), il semblait indispensable de se donner de l’air dans l’approche musicale tant l’univers des anglais devenait étouffant, irrespirable.

In Rainbows répondait à cette nécessité. Par une approche marketing “novatrice” qui replaçait pour un temps l’auditeur au centre de la musique, remplaçant l’aspect compulsif du téléchargement devenue habituel par un truc intéractif un poil flambeur. Car chacun sait que Radiohead avait les reins assez solides pour miser sur un système où le prix de l’achat en ligne était établi par le client… d’autant que la qualité des fichiers (mp3 sans DRM, de bonne qualité mais sans plus) imposait de patienter encore un peu pour se faire une idée réelle de la valeur sonique du projet : un coffret allait suivre le Nöel suivant (40£ avec en prime un cd huit titres supplémentaires, un double vinyle, des photos, un livret) et la sortie officielle du CD “classique” estimée dans la foulée. Vu le degré de fidélité des fans, l’affaire couvrait les risques… sans risque.

Au delà de son aspect financier, In Rainbows c’est aussi de la musique.

Pour une fois, les anglais ne cherchaient pas de nouvelles directions. Plutôt la confirmation d’une empreinte sonore bien établie, plus proche ici de la solidité d’un OK Computer (1997) que des expérimentations parfois ennuyeuses de Kid A (2000) et Amnesiac (2001). La plongée recharge en mode calmée la voix déchirée du lycanthrope Thom Yorke, si imposant sur les chaotiques “15 Step” et “Bodysnatchers” avant de clouer dans un calme d’une belle fragilité ses propos toujours aussi abstraits, définitivement sombres dans leur description d’un quotidien en déliquescence qui impose de changer les choses pour ne pas se laisser ensevelir. Plus rêveur comme en témoignent les exquis “Nude” (déjà joué sur scène en 1998) et “Faust Arp“, l’album n’oublie pas les manipulations électroniques (“Reckoner“), la ballade (“House of Cards“), ni le rock vertigineux (“Jigsaw Falling Into Place“, “Weird Fishes/Arpeggi” en croisement de U2 et Brian Eno).

Ce serait un pléonasme d’avouer que ces ambiances instables nous sont familières : elles déclinent des sentiments colorés de rouge, de vert et de bleu, celles de l’arc-en-ciel bien entendu dont le spectre est mentionné au fil des morceaux. Un romantisme plein de spleen, presque dépressif que certains textes viennent renforcer d’un coup de pied morbide : “Picked Over by the Worms“, “I’m an Animal Trapped in your Hot Car” ou “Dead From the Neck Up” pour ne citer qu’eux. Mais l’alchimie fonctionne et que ce soit sur des ambiances vaporeuses ou des arpèges tout en finesse, Radiohead échappe enfin à l’apesanteur, à cette abstraction grandiloquente dans laquelle il s’enfonçait peu à peu.

Le disque bonus poursuit dans cette voie royale avec quelques instrumentales en forme d’expérimentations tranquilles (“Mk1” et “Mk2”) et surtout des chansons piochant dans la même réussite (“Last Flowers to the Hospital“, “Up on the Ladder” ou le superbe “4Minute Waiting“) donnant à l’ensemble une ampleur qui se densifie au fil des écoutes. L’œuvre pleine atteint alors de poignants sommets. Plus chamane que jamais, Radiohead confirmait ici son statut d’indomptable, quittant fêlures et désolation pour un ciel fait de solitude et d’épuisement d’où s’échappent ces volutes fantomatiques addictives.

RADIOHEAD – IN RAINBOWS

Radiohead - In Rainbows (2007)

Titre : In Rainbows
Artiste : Radiohead

Date de sortie : 2007
Pays : Angleterre
Durée : –
Label : –

Setlist

CD1 :

1. 15 Step (3:57)
2. Bodysnatchers (4:02)
3. Nude (4:15)
4. Weird Fishes/Arpeggi (5:18)
5. All I Need (3:49)
6. Faust Arp (2:10)
7. Reckoner (4:50)
8. House of Cards (5:28)
9. Jigsaw Falling Into Place (4:09)
10. Videotape (4:40)

CD2 :

1. Mk1 (1:04)
2. Down is the new Up (4:59)
3. Go Slowly (3:48)
4. Mk2 (0:53)
5. Last Flowers to the Hospital (4:27)
6. Up on the Ladder (4:17)
7. Bangers and Mash (3:20)
8. 4 Minute Warning (4:06)

Line-up

– Thom Yorke / vocals, guitars, keyboards
– Ed O’Brien / vocals, guitars
– Jonny Greenwood / guitars, keyboards
– Colin Greenwood / bass
– Phil Selway / drums

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.