Pink Floyd - The Division Bell
5.0TOP 1994

Le départ théâtral et névrotique de Roger Waters avait suivi le crash mural d’un Final Cut (1983) rapiécé en mode patchwork. Nous n’étions pas encore au milieu des années 80 et, bien évidemment, personne ne donnait cher de la peau du dinosaure Pink Floyd, exténué, laminé par la vague Punk, elle-même asséchée par une New Age déjà soldée. David Gilmour se retrouva alors aux commandes d’un radeau sabordé, prenant l’eau de toute part, rafistolé avec les moyens du bord. Pourtant, un procès glauque et pas mal de noms d’oiseaux échangés entre les deux égotistes plus tard, A Momentary Lapse Of Reason (1987) prouvait que le groupe, devenu au passage duo (exit Richard Wright), restait une formidable machine à tubes et une rutilante planche à billets. Financièrement rassuré du bien fondé de sa “petite entreprise“, David Gilmour fructifia les choses avant de travailler plus sérieusement sur un douzième album attendu.

Après les règlements de compte précédents, la nouvelle ne laissa personne indifférent et nombreux furent les journaleux (auto-proclamés ou pas) qui fourbirent leurs armes fissa pour achever ces quinquagénaires mégalos en fin de reigne avancée. Avant même sa sortie, The Division Bell était comparée à une vache à lait au cœur atomisé, carbonisé, dont il ne pouvait rester qu’une abstraction musicale réduite à la soustraction de Roger Waters. Le hic : David Gilmour osait remettre le couvert, blasphémant une fois encore à ressuciter le mythe intouchable… en mode trio collaboratif. Richard Wright de retour (!) et Nick Mason enfin plus impliqué allaient contredire les cassandres avec un album millimétré, un grand disque cohérent, magnifié par la production renversante du fidèle Bob Ezrin.

Au-delà du fait que The Division Bell fait partie des madeleines de Proust de votre serviteur, il suffit d’apprécier le son cristallin de l’épure instrumentale “Cluster One” (une splendeur), la guitare, inspirée, d’un Gilmour qui conserve ici toute sa magie. Quelques joyaux mélodiques (“What Do You Want From Me“, “Take It Back” ou “Coming Back To Life“) achèvent les aspérités psychédéliques d’antant, laissant place au spatial “Marroned” et à la ballade “Lost For Words“. Mieux, ce lyrisme florissant passe définitivement à la postérité sur le grand oeuvre “High Hopes” adoubé par son chorus final de la plus belle étoffe.

Et les pisse-froid ruèrent dans les brancards. Forcément. Mais le malade (imaginaire) était bien plus vivant que les supposées réminiscences crapoteuses d’un album dit bâtard, émasculé. Car les musiciens tenaient fermement la rampe sur ce Division Bellchant du cygne“. La tournée qui suivit fût triomphale et immortalisée par P.U.L.S.E. (1995). Avec le recul, et s’il peut encore laisser perplexe les cartésiens dynamités de la première heure, il ne faut pas hésiter à embarquer sur cet album gorgé de plaisirs simples qui offrira 20 ans plus tard (The Endless River) une belle résurrection d’inédits en hommage, vibrant, à Richard Wright parti trop tôt. On a connu crépuscule moins lumineux.

Photo by Albert Watson

PINK FLOYD – THE DIVISION BELL

Pink Floyd - The Division Bell (1994)

Titre : The Division Bell
Artiste : Pink Floyd

Date de sortie : 1994
Pays : Angleterre
Durée : 66’24
Label : Columbia

Setlist

1. Cluster one (5:58)
2. What do you want from me (4:21)
3. Poles apart (7:04)
4. Marooned (5:28)
5. A great day for freedom (4:18)
6. Wearing the inside out (6:48)
7. Take it back (6:12)
8. Coming back to life (6:19)
9. Keep talking (6:11)
10. Lost for words (5:14)
11. High hopes (8:31)

Line-up

– David Gilmour / guitars, vocals
– Nick Mason / drums
– Richard Wright / keyboards, vocals

With:
– Jon Carin / keyboards
– Bob Ezrin / keyboards, percussion
– Dick Parry / tenor saxophone
– Guy Pratt / bass
– Tim Renwick / guitars
– Gary Wallis / acoustic & electronic percussion
– Sam Brown, Carol Kanyon, Rebecca Leigh-White, Durga McBroom & Jackie Sheridan / backing vocals

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires