Perfect Beings - Vier
4.8Note Finale

Actualité chargée pour Johannes Luley : alors que son album solo, très jazz, est à peine démoulé, voici venir un nouvel opus de son groupe Perfect Beings.

Je tue le suspense immédiatement : attention, Vier est un grand disque. Alors que l’avenir du groupe était incertain il y a près de deux ans lorsque Ryan Hurtgen (chant), Jesse Nason (claviers)  et Johannes Luley (guitare et désormais basse) se sont retrouvés seuls après les départs des bassistes et batteurs, les trois hommes ont décidé d’utiliser cette occasion pour avancer, et se renouveler. Sur la forme d’abord, après deux albums classiques, le groupe assume ici pleinement son héritage yes-sien avec un disque au format de Tales From Topographic Oceans : 4 longues suites de 16 à 18 min pouvant être chacune une face d’un double vinyle. Chacun de ses longs titres est subdivisé en sections et surtout chaque titre possède une personnalité propre. Le premier « Guedra » est très Yes dans l’âme. Le chant, haut-perché, la basse qui claque, ultra efficace et le travail de guitare, beaucoup d’ingrédients nous ramènent à l’âge d’or de Yes… Pour autant, ce titre n’est pas qu’une simple copie, des arrangements symphoniques viennent aussi colorer le morceau (« The Blue Lake Of« ) ainsi que des passages plus jazz, presque lounge (« Patience« ) avant que le final sur « Enter The Center » ne revisite les thèmes de l’intro « A New Pyramid » en les soulignant d’un saxo velouté. Ce titre est une immersion instantanée dans l’univers musical complexe de Perfect Beings. La plongée se poursuit avec  « The Golden Arc« , très symphonique, presque classique dans la forme où piano, cordes et instruments à vents sont parfois plus nombreux et présents que les instruments électriques (« The Persimon Tree« ), lorsqu’enfin les guitares, basses et claviers entrent en scène c’est pour dérouler une bande son digne d’un film, la musique devient cinématique et fait défiler nombre d’images devant les yeux (« For A Pound Of FLesh« ). « Vibrational » est plus mystique, plus spirituel. Plus ambient aussi. La musique, lente, toutes en ambiances et en nappes de claviers se répand lentement en vous. C’est presque un volet de musique électronique qui est proposé ici : on pense parfois à Jarre (« The System And Beyond« ) ou encore à Vangelis (« Mysteries, Not Answers« ) sur les premières sections, le milieu du morceau revenant aux racines Yes-siennes du groupe (« Altars Of The Gods« ) en particulier sur le jeu très ‘Steve Howe‘ de Luley avant de retomber dans un final contemplatif (« Insomnia« ). Le dernier titre, « Anunnaki », a sa personnalité propre, proposant un progressif résolument moderne (« Lord Wind« ) aux rythmes électro (« Patterns Of Light« ) ou plus pop (« A Compromise« , « Hissing The Wave Of The Dragon » et son coté extrême-oriental).

J’ai vraiment adoré ce disque. L’exercice des 4 suites de 20 minutes peut être dangereux, Yes en avait fait l’expérience lors de la sortie de Tales. Ici le groupe a eu l’intelligence à chaque fois d’explorer des ambiances, des atmosphères différentes. On peut écouter l’album de bout en bout sans s’ennuyer un instant ou se contenter d’un des morceaux en fonction de l’état d’esprit du moment. L’album est immersif, poétique, parfois cinématique toujours symphonique et riche. Superbe.

PERFECT BEINGS – VIER

Perfect Beings - Vier (2018)

Titre : Vier
Artiste : Perfect Beings

Date de sortie : 2018
Pays : Etats-Unis
Durée : 72’10
Label : Inside Out

Setlist

01. Guedra – A New Pyramid (4:55)
02. Guedra – The Blue Lake of Understanding (2:55)
03. Guedra – Patience (4:23)
04. Guedra – Enter the Center (6:09)
05. The Golden Arc – The Persimmon Tree (7:53)
06. The Golden Arc – Turn the World Off (2:14)
07. The Golden Arc – America (1:52)
08. The Golden Arc – For a Pound of Flesh (4:49)
09. Vibrational – The System and Beyond (6:51)
10. Vibrational – Mysteries, Not Answers (2:49)
11. Vibrational – Altars of the Gods (3:27)
12. Vibrational – Everywhere At Once (1:40)
13. Vibrational – Insomnia (3:31)
14. Anunnaki – Lord Wind (2:04)
15. Anunnaki – Patterns of Light (3:14)
16. Anunnaki – A Compromise (5:42)
17. Anunnaki – Hissing the Wave of the Dragon (4:12)
18. Anunnaki – Everything’s Falling Apart (3:30)

Line-up

– Ryan Hurtgen / Vocals, Piano, Electric Pianos, Tibetan singing bowls
– Johannes Luley / Guitars, Bass, Synth, Percussion, Brass arrangement, Backup vocals
– Jesse Nason / Synthesizers, Organs, Mellotron

with:
– Ben Levin / Drums and Percussion
– Max Kaplan / Soprano saxophone, Alto saxophone, and Baritone saxophone, Clarinet, Bass clarinet
– Robin Hathaway / Backup vocals
– Christian Hammer / Vienna Symphonic Library
– Gina Luciani / Flute, Bass flute
– Jay Mason / Oboe
– Christina LaRocca / Backup vocals
– Amit Sharma / Tabla
– David Henry / Cello, Viola
– Fred Doumbe / Bass
– Dave Richards / Trumpet, Flugelhorn, Trombone
-Yanran He / erhu
– Yuki Yasuda / Koto

 

A propos de l'auteur

Articles similaires