Pendelirium - Atlas
3.0Note Finale

Dans ma quête éternel de prog scandinave, je suis tombé au hasard d’un furetage bandcamp sur Pendelirium. Ces norvégiens proposent avec Atlas leur premier disque, plutôt agréable, bien que manquant parfois d’unité car explorant trop de style différents.. Le groupe est une affaire de famille constitués des frères et sœurs Kristian Amlie (chant, guitare, basse, claviers), Katrine Amlie (chant, guitare, claviers) et Petter Amlie (batterie). Surtout ces jeunots ont eu le courage avec “The Audition” de se lancer dans l’exercice, toujours délicat pour un premier disque car forcément jugé par les progueux de la suite épique (33 min au compteur tout de même).

Dawn” titre instrumental débute le disque avec un morceau plutôt enjoué, avec des guitares qui sonnent plus américain que scandinave au début et puis rapidement on se met à alterner entre un prog neo assez facile et accrocheur et des passages guitares/claviers plus ardus, à la Anglagard… C’est propre et bien fait. Gros contraste avec “Fear The Quiet Ones“, ballade prog-folk acoustique chantée par Katrine, j’aime moins, un peu comme les titres passe-partout acoustiques de Izz… Autre titres acoustique, mais très beau celui-ci “Holding Up The Sky“, avec juste une guitare qui dialogue avec une basse fretless et quelques nappes de claviers pour l’ambiance. Pour qui aime les exercices du style, immortalisés par mr Hackett, c’est plutôt réussi. “Smell Of The Flowers” lorgne lui vers le classique, avec des arrangements de cordes sur du piano acoustique, toujours un chant lead assuré par Katrine, c’est assez beau, très nordique, très hivernal. “Cold” s’aventure plutôt vers un côté pop, un début passe-partout acoustique conduit lentement vers un final qui s’enrichit d’autres instruments mais qui ne décolle jamais réellement. “The Race“, construit sur le même schéma, fonctionne à mon sens mieux avec une section centrale électrique, à la guitare et à l’orgue, plus sombre, qui donne du relief au morceau, on se rapproche du style de Opium Cartel ici, un peu comme sur le titre final “Catch A Snowflake“. J’ai gardé le plus long et le meilleur pour la fin. Si les titres précédents, bien qu’agréable, n’avaient, à part “Dawn”, pas grand-chose de progressif, “The Audition” et sa demi-heure est un beau titre. Chant en duo homme/femme, changements de tempo et d’ambiances, même si la base du morceau est toujours acoustique, on trouve ici une construction plus riche, et surtout plus évocatrice dans les parties planantes. A côté de ces passages planants, on peut entendre des sections , sur la deuxième partie du morceau, où la guitare, sonne plus américain, presque westcoast à la Doobie Brothers que scandinave. A partir de la 17 minute, changement toujours sur une base de piano acoustique, c’est une guitare soit typée Flower Kings période “Stardust”, soit plaquant des riffs de hard façon années 80 qui entre en scène.

Ce premier disque est un peu décousu, manquant d’unité. A vouloir plaire au plus grand nombre, on risque malheureusement de ne contenter personne… La longue suite prog est plutôt réussie, mais ceux qui aiment ce morceau risquent de s’ennuyer ferme sur les titres acoustiques. L’inverse est vrai et ceux qui auront aimé les morceaux les plus doux risquent de décrocher sur “The Audition“. A mon sens il va falloir que le groupe choisisse, et s’il persiste dans la veine de “Dawn” ou “The Audition“, on en reparlera certainement.

PENDELIRIUM – ATLAS

Pendelirium - Atlas (2017)

Titre : Pendelirium
Artiste : Atlas

Date de sortie : 2017
Pays : Norvège
Durée : –
Label : –

Setlist

1. Dawn 04:56
2. Fear the Quiet Ones 04:50
3. Smell of the Flowers 04:45
4. Cold 05:35
5. Holding Up the Sky 03:10
6. The Race 04:32
7. The Audition 32:53
8. Catch a Snowflake 02:20

Line-up

Kristian and Katrine Amlie

 

A propos de l'auteur