Pattern-Seeking Animals - Pattern-Seeking Animals
3.8Note Finale

Pour retrouver l’origine du patronyme Pattern-Seeking Animals, il faut zieuter du côté du titre « Bulletproof » (“Once swept away then pulled back to the fight, just a pattern seeking animal caught up in some grand parade.”) écrit par John Boegehold, initiateur du band dont le premier album éponyme sonnera comme un ersatz de Spock’s Beard sans que cela ne surprenne personne. En effet, notre ami est un collaborateur de longue date du groupe américain (production, arrangement et plus si affinités) et lorsqu’il commença à travailler sur un projet perso, il n’eut pas à réfléchir longtemps pour aller chercher quelques cadors pour l’épauler : Dave Meros (membre fondateur de Spock’s Beard), Jimmy Keegan (ancien batteur) et Ted Leonard (actuel chanteur) complète un line-up de haute volée qui s’inscrit donc dans un sillon extrêmement proche et assumé du Beard. Forcément, le résultat joue sur les mélodies, les textures, le style même de Pattern-Seeking Animals. Complétons les choses avec Rich Mouser aux manettes (comme SB) et vous obtiendrez la résolution de l’équation « cousinage certifié conforme ». Malgré tout, si SB compte autant de membres que de compositeurs, ce nouveau projet est bel et bien porté par l’écriture initiale de John Boegehold, avec quelques panouilles de Dave Meros et Ted Leonard pour faire bonne mesure. Le premier titre de l’album « No Burden Left to Carry », donnera au fil de sa dizaine de minutes, de quoi satisfaire tous les amateurs de prog symphonique, bien balancé avec ses variations et son jeu de cache-cache sonique qui donne la mesure des compétences mises en avant. Pourtant, l’album ne reste pas dans cette zone de confort et varie les plaisirs avec une série de titres plus courts, très AOR, punchy et directs (« These Are My Things », « We Write The Ghost Stories » ou le très Deep Purple « Now One Ever Died And Made Me King »). En alternant ces titres plus prompts à jouer les singles avec des morceaux plus denses et éruptifs (« Stars Along The Way », « Orphans Of The Universe » et son 15/8 frissonnant), Pattern-Seeking Animals marche sur le fil, aidé par une interprétation sans faille et la volonté de s’extirper du giron Spock’s Beard. Sur ce plan, le groupe ne parvient jamais vraiment à faire oublier l’ombre tutélaire de son aîné mais il offre un premier album convaincant, déjà promis à des suites (son successeur est déjà en route) qui pourront sans aucun doute nous offrir un peu plus de risque créatif.

PATTERN-SEEKING ANIMALS – SAME

Pattern-Seeking Animals - Pattern-Seeking Animals (2019)

Titre : Pattern-Seeking Animals
Artiste : Pattern-Seeking Animals

Date de sortie : 2019
Pays : États-Unis
Durée : –
Label : Inside Out

Setlist

01. No Burden Left to Carry
02. The Same Mistakes Again
03. Orphans of the Universe
04. No One Ever Died and Made Me King
05. Fall Away
06. These Are My Things
07. We Write the Ghost Stories
08. No Land’s Man
09. Stars Along the Way

Line-up

Jimmy Keegan: Chant / Batterie
Dave Meros: Basse
John Boegehold: Claviers
Ted Leonard: Chant / Guitares

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires