Mike Oldfield - Best of: 1992-2003
1.0Note Finale

Mais qu’allait-il faire dans cette galère ? Pour constituer la liste des morceaux de cette nouvelle double compilation (on ne les compte plus), il fallait de l’audace, un peu de courage et un sens marketing plus ou moins au taquet. Non pas que la carrière de Mike Oldfield soit honteuse à partir de son exil Warner (1992) mais il faut bien avouer que ces onze années ne furent pas non plus les plus bandantes de sa (grande) carrière. La faute à ce maudit Amarok (1990), chef-d’œuvre du maître, qui plaça la barre si haute que la suite ne pouvait que décevoir à plus ou moins grande échelle.

Certes, on pouvait être enthousiaste sur les réussites que sont Tubular Bells 2 (1992), lifting luxueux subtilement maquillé, et Songs of Distant Earth (1995), très belle adaptation musicale d’un roman signé de l’immense Arthur C. Clarke… un peu plus circonspect sur les inégaux Voyager (1996) et Tubular Bells 3 (1998) qui rallongeait la sauce en perdant une partie de son mojo… carrément déçus par la suite de l’histoire qui confinera à des méli-mélo de styles avant de s’aventurer dans un chill-out en creux entre deux évocations de son œuvre séminales (Tubular Bells 2003, Best-of Tubular Bells).

Du coup, après que le guitariste ait à nouveau changé son fusil d’épaules (le classique symphonique sur Music Of the Spheres en 2008, la pop mainstream avec Man on the Rocks en 2014), on pouvait légitimement être méfiants, et plus si affinités.

PAF ! PAN ! Nous étions prévenus ! Entre versions radio anecdotiques, titres fades (« Cochise », « Thou Art In Heaven », « Pacha Mama ») et remix électro au mieux inutiles (pour rester poli), s’extirpent quelques titres Faces B des CD-singles sortis durant cette période : « Silent Night », « Mike’s Reel », « Indian Lake », « The Spectral Army », la première version du grandiose « Moonshine » intitulée ici « The Song Of The Boat Men » ou encore « Early Stages », extract des premiers essais pour Tubular Bells 2, offrent un peu de chair à cette compilation qui, à défaut de nous mettre sur le cul, nous le laisse entre deux chaises bancales. Car si les vrais amateurs auront probablement déjà mis la main sur ces raretés, les autres n’y verront que des bonus loin d’être indispensables. Bref, Best of 1992-2003 s’adresse principalement aux grands inconditionnels de Mike Oldfield. Et encore ! De quoi faire patienter en attendant l’arlésienne Tubular Bells 0 nettement plus intéressante (sur le papier) et annoncée sans un morceau de synthétiseurs à l’intérieur ? Rien de moins sûr…

MIKE OLDFIELD – THE BEST OF: 1992-2003

Mike Oldfield - Best Of: 1992-2203 (2015)

Titre : The Best Of: 1992-2003
Artiste : Mike Oldfield

Date de sortie : 2015
Pays : Angleterre
Durée : –
Label : Warner

Setlist

CD1:
1. Sentinel (Single Restructure)
2. Tattoo (Edit)
3. The Bell (Remix: MC Viv Stanshall)
4. Hibernaculum
5. Let There Be Light
6. The Voyager
7. Women Of Ireland (Lurker Edit)
8. Man In The Rain
9. Far Above The Clouds (Timewriter’s Radio Mix)
10. Cochise
11. Out Of Mind
12. Pacha Mama
13. Sunlight Shining Through Cloud
14. Amber Light
15. To Be Free (Single Remix)
16. Thou Art In Heaven (Radio Edit)
17. Introduction 2003 (Single Remix)
18. The Sailor’s Hornpipe 2003

CD2: Rarities And Mixes
1. Early Stages
2. Silent Night
3. The Bell (Remix: MC Billy Connolly)
4. The Spectral Army
5. The Song Of The Boat Men
6. Indian Lake
7. Mike’s Reel
8. Sentinel (Orbular Bells Mix)
9. Let There Be Light (BT’s Pure Luminesence Remix)
10. Women Of Ireland (System 7 12″ Mix)
11. Far Above The Clouds (Jam & Spoon Mix)
12. To Be Free (Soultronik Mix-tical Mix)
13. Thou Art In Heaven (Pumpin’ Dolls v Mighty Mike Club Mix – Radio Edit)

Line-up

– Mike Oldfield / Various Instruments

Votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.