S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Marcela Bovio - Unprecedented
4.0Note Finale

Nous avions déjà eu un petit avant-gout du nouvel album de Marcela Bovio lors de l’excellent concert donné par son groupe Stream of Passion il y a tout juste un an à l’O Sullivan backstage de Paris. En effet la chanteuse y vendait un mini cd que je me suis empressé d’acheter, car Marcela a toujours suscité chez moi beaucoup d’intérêt, voire comme le nom de son groupe de « passion« . Il faut mentionner de suite que Marcela s’écarte vraiment avec Unprecedented du style habituel qui est le sien c’est-à-dire du « métal/prog/symphonique« . Les amoureux de Stream of Passion risquent par le fait d’être fort déçus, et décontenancés. La belle rousse ayant convoqué un quatuor à cordes Hollandais qui est produit par Joost van den Broek pour l’occasion afin d’enregistrer cet opus, et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa voix ne s’en trouve que mieux magnifiée par ce changement assez radical.

La chanteuse violoniste a donc abandonné sur ce disque tout élément électrique pour ne conserver que la partie acoustique des cordes et bien entendu ses parties vocales qui sont pour le coup bien mises en avant. Le chant est en espagnol et en anglais et conserve tout le charme et la grâce propre à Marcela. Sa voix se fait caressante et enjôleuse, sur la majorité des morceaux qui s’étalent somme toute de façon assez conventionnelle. Cependant notre mexicaine préférée s’aventure vers des domaines musicaux autres, tel cet exercice de style consistant à se rapprocher de certaines « divas » sur la compo « Stars« .

Au même titre le démarrage de l’album avec « Hay amores«  qui fera vaguement penser à une autre vocaliste de talent dans un registre différent, la mystérieuse Lisa Gerrard de Dead can Dance. Enfin le morceau le plus beau et par voie de conséquence le plus mélodramatique étant « The One » clôturant l’album et qui permet à Marcela de sortir ses tripes et de démontrer aux sceptiques,(si tant est qu’il en reste encore), qu’elle est une GRANDE chanteuse parmi les grandes. Le cadre quelque peu réducteur de son groupe d’origine, SOP (loin de moi l’idée de minimiser son grand talent qui a fait ses preuves), enferme un peu la « cantatrice » (puisqu’à présent on peut l’appeler comme ça), dans un rôle qui ne lui sied pas toujours – ne la mettant pas assez en valeur.

L’enregistrement d’Unprecendented permettra très certainement à Marcela d’entrevoir une suite plus ambitieuse à sa carrière initiale avec SOP. Cet album, certes assez loin des contrées « rock » au sens large du terme, sera un tremplin formidable pour une des chanteuses les plus passionnantes et les plus emblématiques qu’il nous ait été d’écouter et de voir en « live » ces dernières années. A présent il ne reste plus à Marcela qu’à enregistrer un album de « rock contemporain » qui s’étendrait un peu plus sur une musique progressive, en cela elle serait un peu le pendant d’une Kate Bush, car il est vrai qu’elles ont toutes les deux « le talent » comme dénominateur commun.

MARCELA BOVIO – UNPRECEDENTED

Marcella Bovio - Unprecedented (2016)

Titre : Unprecedented
Artiste : Marcela Bovio

Date de sortie : 2016
Pays : Mexique
Durée : 45′
Label : Autoproduction

Setlist

Hay amores
The treasure hunter
Found!
Dime
The Cartographers
Powerless
Alicia
Saboteurs
Stars
The one

Line-up

Marcela Bovio Vocals

Judith Van Driel – violon
Marleen Wester – violon
Lotte de Vries – alto
David Faber – violoncelle

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires