Lunatic Soul - Walking on a Flashlight Beam
4.5Top 2014

On le savait déjà, Mariusz Duda a un sacrebleu de sacré talent ! Outre le fait que le bassiste-vocaliste-charismatique-chevelu (!) aura, en une poignée d’albums, (re)modelé la formation Riverside en leader d’un métal progressif à la fois inspiré et inspirant, notre ami s’est lancé depuis 2008 dans une embardée autrement évanescente et poétique avec son projet solo Lunatic Soul. Un truc ultra personnel, logé à des coudés de sa formation ferrugineuse, qui accouchera d’un diptyque impeccable (Black puis White en 2009) auquel s’est depuis ajouté Impressions (2011) qui regroupait des titres enregistrés, mais non retenues, lors des sessions précédentes.

En se focalisant sur les ambiances mélancoliques, ténébreuses, pleines de nuances et de spleen, Mariusz Duda réussit une nouvelle fois un tour de force : celui de nous captiver au fil de compositions toujours mélodiques (« Cold »), hypnotiques (« The Fear Within ») et pour tout dire, brillantes (« Pygmalion’s Ladder »).

Sur Walking on a Flashlight Beam, c’est bel et bien une musique en expansion qui nous est proposée, une musique pour l’esprit, l’invitation au voyage, incertain, aux rêveries en clairs obscurs, sachant jouer de la durée, du bruitage (« Shutting Out the Sun »), allant boire aux sources de l’inconscient. On pense à la démarche d’un Peter Gabriel dans ses bandes originales (« Stars Sellotaped »), mais pas seulement. L’album s’ancre immédiatement dans ce style de musique parfaitement ciné génique. Une forme de prog élémentaire, débarrassé de ses apparats, pour ne garder que sa nudité. En résulte de la stupeur, des tremblements (quelle voix), une forme de tristesse que vient contredire le seul titre véritablement pop de l’ensemble, « Treehouse », paradoxalement marqué par l’ombre de Steven Wilson (décidément incontournable).

Le reste, dont un « Walking on a Flashlight Beam » magnifiquement conclusif, entre dans une forme de transcendance intime, quelque chose qui ne peut exister qu’à travers la fantasmagorie de l’auditeur. Pourvu qu’il soit réceptif à cet univers baladé entre ombres et lumières, l’album atteint des sommets.

DESCRIPTION

Lunatic Sould - Walking on a Flashlight Beam - chronique Amarok-Mag

Titre : Walking on a Flashlight Beam
Artiste : Lunatic Soul

Date de sortie : 2014
Durée : 63’46
Label : Kscope

Setlist

1. Shutting Out The Sun (8:40)
2. Cold (6:58)
3. Gutter (8:42)
4. Stars Sellotaped (1:34)
5. The Fear Within (7:10)
6. Treehouse (5:31)
7. Pygmalion’s Ladder (12:02)
8. Sky Drawn in Crayon (4:58)
9. Walking on a Flashlight Beam (8:11)

DVD (In the special edition)

1. In Between (Documentary) – 25:00
2. Teaser 1
3. Teaser 2

Line-up

– Mariusz Duda / vocals, bass guitar, acoustic guitar, percussion

Guest :

– Wawrzyniec Dramowicz / drums, percussion

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

  • Amarok 53

    La basse sur « Gutter » est splendide, un morceau de choix

  • docjb

    D’accord avec Amarok 53 : basse splendide, mais la voix de Marius Duda est à la hauteur de sa basse ! le morceau est sublime