Loreena McKennitt - An Ancient Muse
4.5TOP 2006

En 2006 et après quasiment dix années de silence, Loreena McKennitt, prêtresse alto de la nouvelle vague celtique, ne semblait ni sur le retour, ni même dépassée. Rejoignant la caravane là où elle s’était arrêtée après ses deux précédents albums largement plébiscités, The Mask and the Mirrors (1994) et A Book of Secrets (1997), le mélange détonnant de thèmes britanniques et byzantins impressionne toujours par le groove serein et hybride qui s’en dégage.

Retour aux origines. Enregistré aux Real World Studios de Peter Gabriel et produit par la dame elle-même, An Ancient Muse débute par une incantation qui libère l’espace de tout parasite et embarque le visiteur dans un monde emprunt de mysticisme, de vent et de sable. Toujours gourmande d’instruments exotiques, Loreena McKennitt communique une impression de dépaysement total sans forcer sur les habillages technologiquement élaborés : oud, doumbek, kanoun, doudouk, hurdy-gurdy, viole de gambre, violon suédois ou cette harpe qu’elle n’avait pas touchée depuis The Visit (1991). Mélange des couleurs. La solitude déployée par la cornemuse irlandaise (uilleann pipes) sur l’épique « Beneath a Phrygian Sky » associée à un duo de guitares électriques distordues, acoustiques et harmoniques, emballe le titre vers une sensualité, un romantisme qui n’avait pas été effleuré depuis belle lurette.

Un créneau poétique où les mots de Sir Walter Scott s’écoulent avec gourmandise sur « The English Ladye and the Knight » comme le fût en son temps « Lady of Shalott ».

Superbement arrangé, sans crainte de modernisme bienvenue (« The Gates of Istanbul ») ou de langueurs hypnotiques (« Kecharitomene », magnifique), les accents tour à tour mauresques (« Caravanserai » envoûtant, avec un Manu Katché solide aux baguettes) et celtiques (« Never-Ending Road ») permettent à Loreena McKennitt de chanter comme on murmure des mots tendres. En prenant son temps dans l’essentiel, cet Ancient Muse respire à plein poumons les parfums d’un monde redevenu beau.

LOREENA MCKENNITT – AN ANCIENT MUSE

Loreena McKennitt - An Ancient Muse (2006)

Titre : An Ancient Muse
Artiste : Loreena McKennitt

Date de sortie : 2005
Pays : Canada
Durée : 54’19
Label : Quinlan Road

Setlist

Incantation – 2:35
The Gates of Istanbul – 6:59
Caravanserai – 7:36
The English Ladye and the Knight (lyrics by Sir Walter Scott) – 6:49
Kecharitomene – 6:34
Penelope’s Song – 4:21
Sacred Shabbat (Kâtibim arr. Loreena McKennitt) – 3:59
Beneath a Phrygian Sky – 9:32
Never-ending Road (Amhrán Duit) – 5:54

Line-up

Loreena McKennitt – vocals, keyboard, accordion, harp,s percussion, piano
Tal Bergman – drums, percussion
Stuart Bruce – vocal drone, percussion
Clive Deamer – drums
Panos Dimitrakopoulos – kanoun
Nigel Eaton – hurdy-gurdy
Ben Grossman – hurdy-gurdy
Ed Hanley – tabla, udu drum
Jason Hann – percussion
Steáfán Hannigan – Turkish clarinet, vocal drone, uilleann pipes
Brian Hughes – electric guitar, guitar synthesizer, vocal drone, oud, Celtic bouzouki, nylon string guitar
Charlie Jones: acoustic bass
Manu Katché – drums
Georgios Kontogiannis – Greek bouzouki
Tim Landers – bass
Caroline Lavelle – cello
Rick Lazar – percussion
Annbjørg Lien – nyckelharpa
Hugh Marsh – violin
Marco Migliari – vocal drone
Donald Quan – viola, vocal drone
Hossam Ramzay – percussion
Sokratis Sinopoulos – lyra
Haig Yazdjian – oud
Choristers of Westminster Abbey; Alex Pott, Elliot Thompson and Nicholas Morris – vocals

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires