Lonely Robot - Under Stars
4.0Note Finale

Avec Under Stars John Mitchell achève ce qu’il annonce aujourd’hui avoir toujours prévu comme une trilogie. Enregistré presque en urgence, ce troisième volet a vu John Mitchell s’isoler pendant 5 semaines en studio pour tout écrire et enregistrer. Comme sur les deux premiers opus, Mitchell assure lui-même chant, guitares, claviers et la majorité des basses. Majorité car sur 4 des 11 titres que comporte l’album c’est Steve Vantsis (Fish, Tilt, Heather Findlay) qui vient poser ses 4 cordes sur les partitions de Mitchell. La batterie est comme sur les albums précédents l’affaire de l’omniprésent Craig Blundell (Steve Wilson, Frost). Under Dreams clôt donc le concept de science-fiction démarré avec Please Come Home. Le thème sous-jacent de ce dernier volume est la dépendance  à la technologie.

Les amateurs des premiers opus ne seront ni déçus, ni désorientés par ce chapitre final. On retrouve ce mélange de virtuosité à la guitare et de mélodies pop/prog tantôt planantes (“How Bright Is The Sun?“), tantôt plus énergiques (“Authorship Of Our Lives“, “Ancient Ascendant“, “When Gravity Fails“). Par rapport aux premiers opus, et en rapport avec le thème technologique, les claviers sont un peu plus présents et la section rythmique est parsemée de rythmes synthétiques donnant un côté peut-être plus moderne/SF (“Icarus“, “The Signal“). L’album et la trilogie de l’astronaute trouve son apogée dans “An Ending“, le dernier titre, simple mélodie au clavier avec le chant de Mitchell qui reprend le thème du titre “Lonely Robot” (sur Please Come Home).

Under Stars n’apporte rien de neuf aux précédents travaux de Mitchell avec Lonely Robot : c’est un bon album de néo-progressif, à la limite parfois de la pop où le guitariste démontre sa science de la mélodie (“The Only Time I Don’t Belong Is Now“) et sa capacité à décocher des soli qui font quasiment mouche à chaque coup (le splendide “How Bright Is The Sun ?” ou l’énervé “Inside This Machine” qu’on aurait pu aisément trouver sur un album d’Arena).

Under Stars se suffit à lui-même mais prend vraiment sa dimension en conclusion des deux premiers volets, comme une bande son d’un film de science-fiction qui se déroulerait sous nos yeux. Un bon disque homogène dans l’esprit du projet… Attendons maintenant de voir quelles seront les prochaines idées de Mitchell en solo.

LONELY ROBOT – UNDER STARS

Lonely Robot - Under Stars (2019)

Titre : Under Stars
Artiste : Lonely Robot

Date de sortie : 2019
Pays : Angleterre
Durée : 49’44
Label : InsideOut

Setlist

1. Terminal Earth (1:55)
2. Ancient Ascendant (5:47)
3. Icarus (5:20)
4. Under Stars (5:16)
5. Authorship of Our Lives (5:39)
6. The Signal (3:19)
7. The Only Time I Don’t Belong is Now (5:15)
8. When Gravity Fails (5:03)
9. How Bright is the Sun? (6:03)
10. Inside this Machine (3:28)
11. An Ending (2:39)

Bonus Tracks on 2019 SE:
12. How Bright is the Sun? (Cosmic Mix) (5:58)
13. Under Stars (Cosmic Mix) (5:15)
14. Lonely Robot – Chapter One – Airlock (6:59)

Line-up

– John Mitchell / vocals, guitar, bass, keyboards, composer, production & mixing

With:
– Steve Vantsis / bass (2,4,7-9)
– Craig Blundell / drums
– Lee Ingleby / narration (11)

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Articles similaires