Les nouveaux sauvages
4.0Note Finale

Récréation cathartique

Un film à sketches ! Voilà qui nous rappelle le bon vieux cinéma italien des 60-70’s !

6 sketches donc, déroulent sous nos yeux le spectacle d’explosions d’hommes et de femmes arrivés non pas au bord, mais bien au-delà de la crise de nerfs, au point d’exaspération vertigineux où plus rien n’a d’importance, plus rien ne peut nous retenir.

Tant de violence pour si peu? serait-on tenté de dire à la fin de chacune de ces saynètes. Et pourtant NON justement, pas “pour si peu” ! Car le point commun de ces divers instants de rupture est l’humiliation, et ce n’est pas rien.

Humilié, le chauffard d’une vieille guimbarde qui doit laisser passer ce cadre arrogant fanfaronnant dans la pampa au volant de son Audi de luxe ; rabaissé, l’ingénieur injustement verbalisé qui doit se plier aux consignes absurdes des employés bornés de la fourrière municipale ; mortifié, l’industriel fortuné qui prend conscience que son entourage ne pense qu’à lui extorquer ses millions ; outragée, la mariée découvrant les infidélités de son jeune mari, le jour même de leur noce.

On pourra dire bien sûr, que ce film est inégal, certains sketches sont moins bons que d’autres. C’est une lapalissade: tous les films à sketches possèdent un ventre mou, plus ou moins adipeux, même celui qui sert ici de modèle, LA référence du film à sketches,  Les nouveaux monstres de 1977 (Dino Risi, Ettore Scola, Mario Monicelli). Personnellement, j’ai trouvé toutes ces histoires intéressantes et jouissives. Et puis hurler, taper, casser, se défouler de tous les abus, vexations, tracasseries que l’on peut subir, par personnages interposés sur écran, ça fait un bien fou !

En effet ce film pose une question  primordiale : “Comment vivre au sein d’une société dite civilisée dans laquelle les pulsions primitives mais si normales, telles que la colère, n’ont plus le droit de s’exprimer?” La réponse est sous nos yeux : cela donne d’imprévisibles et monstrueuses explosions de sauvagerie. Nous avons tous à un moment ou un autre de notre vie pété un câble, une durite, ou les plombs, c’est selon, nous nous sommes sentis soulagés sur l’instant, mais ensuite honteux et gênés. Ces moments personnels plus ou moins glorieux sont inscrits dans notre mémoire. Les nouveaux sauvages nous les font revivre dans la joie d’un comique léger et sans cynisme.

LES NOUVEAUX SAUVAGES de DAMIAN SZIFRON

Les Nouveaux Sauvages - Damian Szifron (2015)

Titre: Les nouveaux sauvages
Titre original : Relatos Salvajes

Réalisé par : Damian Szifron
Avec : Ricardo Darín, Leonardo Sbaraglia, Darío Grandinetti

Année de sortie : 2014
Durée : 122 minutes

Scénario : Damian Szifron
Nationalité : Argentine
Synopsis : Dans le monde actuel beaucoup de personnes plongent dans le stress ou la dépression, et certaines finissent par craquer. Confrontés à une réalité qui change du jour au lendemain pour une déception amoureuse, le poids du passé ou la vie quotidienne, les personnages des Nouveaux sauvages se retrouvent vulnérables et sombrent complètement, parfois en prenant plaisir à perdre le contrôle.

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Raelle2014

Amarokienne depuis 2004 ! Passionnée de cinéma depuis la nuit des temps, j’ai usé mes premiers blue- jeans sur les fauteuils des cinémas du Quartier Latin, et n’ai jamais renoncé à cette addiction. Le rock progressif est entré plus tardivement dans ma vie, mais sous la forme violente d’un coup de foudre pour Genesis/Peter Gabriel chantant les délires de Rael, Il faut dire que professionnellement les délires, m’intéressent beaucoup. So !

Articles similaires