Lee Abraham - Colours
4.0Note Finale

Il parait que Lee Abraham n’est plus ex-bassiste de Galahad. Après 10 ans de navigation solitaire, il sera de retour sur Seas of Change, le prochain opus de son ex-ex-groupe, qu’on annonce très prog (1 titre de 45 mn). Pour l’heure c’est son dernier effort solo qui nous intéresse. Après un The Seasons Turn remarquable l’an passé, Abraham revient avec Colours, un disque qui risque de surprendre les habitués de ses productions précédentes. Ici Lee Abraham s’éloigne de l’univers délicatement néo-prog de son album précédent, et peut-être en réaction à son travail à venir avec Galahad nous propose un disque plus ramassé, plus rock, et qui lorgne plus vers Asia, Toto voire Foreigner, même si des senteurs progressives (“The Mirror Falls“) parsèment l’album. En cela la pochette, très NYC, ne prend pas l’auditeur en traitre, le disque est très AOR, très rock FM. Toujours accompagné d’un casting haut de gamme ( Alistair Begg à la basse, Dec Burke, Marc Atkinson, Gary Chandler, Robin Armstrong entre autres au chant), Lee Abraham assure de son côté la totalité des claviers et guitares. L’ex-bassiste est devenu un guitariste de haute volée et c’est d’ailleurs à ce poste qu’on le retrouvera dans Galahad.

Dès l’intro de “Colours“, le ton est donné : c’est un bon vieux rock FM qui part dans les tours, avec des influences Toto (période Turn Back) bien marquées. “Broken Dreams”, un des titres les plus réussis, voit revenir la belle voix de Marc Atksinson derrière le micro, et ici lorsque le morceau démarre c’est au Asia des années 80 qu’on pense en termes d’influences. La suite sonne plus néo-prog avec de belles envolées de guitares. Titre simple et efficace. Le versant progressif revient avec “Find Another Way” chanté par Robin Armstrong et “The Mirror Falls” avec Gary Chandler. Ces deux titres possèdent les arrangements probablement les plus riches et la structure la plus progressive (surtout “The Mirror Falls” et ses 15mn au compteur). Ici Mellotron, claviers à foison et cordes viennent épauler des titres en mid-tempo. Le premier possède une couleur forcément très Cosmograf (chant et guitare), quand le deuxième sera certainement la pièce préférée des purs progueux. Ici une intro lente au piano laisse la place à une guitare débridée et une rythmique furieuse. Des riffs presque purple-iens succèdent aux passages plus symphoniques. Ces deux morceaux sont vraiment la touche progressive d’un album qui est quand même très fortement marqué AOR / FM.

Avec ce disque Lee Abraham prend deux risques, celui de ne pas forcément toucher les fans de Toto ou d’Asia, et celui de perdre les fans de progressif plus classique. Pour autant c’est superbement joué et réalisé, la production est tout simplement monstrueuse… c’est super agréable à écouter mais il manque peut-être l’étincelle d’ambition qui fait décoller l’auditeur, celle qui fait la transition entre le bon album et le grand disque.

LEE ABRAHAM – COLOURS

Lee Abraham - Colours (2017)

Titre : colours
Artiste : Lee Abraham

Date de sortie : 2017
Pays : Angleterre
Durée : 50’17
Label : Festival Music

Setlist

1. Colours (4:40)
2. Broken Dreams (6:28)
3. Always Yours (6:17)
4. Find Another Way (7:07)
5. Warning Sign (5:03)
6. Survive (6:29)
7. The Mirror Falls (14:13)

Line-up

– Lee Abraham / guitars, keyboards, lead (2) & backing vocals, composer, production & mixing

With:
– Dec Burke / lead & backing vocals (1,5)
– Marc Atkinson / backing vocals (2)
– Steve Overland / vocals (3)
– Robin Armstrong / vocals (4)
– Simon Godfrey/ vocals (6)
– Gary Chandler / vocals (7)
– Christopher Harrison / backing vocals (5-7)
– Rob Arnold / electric piano (2,4), piano (3,6,7), Hammond (7)
– Alistair Begg / bass
– Gerald Mulligan / drums