Le Cuirassé Potemkine
5.0Chef-d'œuvre

Sergeï Eisenstein n’a que 26 ans et un seul film au compteur (« La Grève », sorti quelques mois auparavant) quand il est contacté par la commission d’Etat soviétique chargée des commémorations pour célébrer le vingtième anniversaire de la révolution manquée de 1905. Autant dire que le projet tenait de la gageure ! A tel point que le premier scénario élaboré avec Nina Agadjanova Monographie d’une époque ») dût être raccourcis face aux délais courtauds (4 mois, livraison comprise), peu enclins à favoriser les sorties nocturnes ou la fumisterie calibrée. Bref, le jeune cinéaste fit fissa le choix judicieux de n’en conserver qu’un épisode, hautement « symbolique » : la mutinerie des matelots du Potemkine, près du port d’Odessa, le 27 juin 1905.

Et le résultat fût à la hauteur ! Considéré à juste titre comme l’étendard ultime du film propagandiste, Le Cuirassé Potemkine permet d’apprécier la densité visuelle d’Eisenstein qui laisse son génie du montage (dont il fût l’un des plus grands théoriciens comme en témoignent ses écrits et les retranscriptions de ses cours) parcourir la colonne vertébrale du film. Les cinéphiles n’ont d’ailleurs pas longtemps hésités à littéralement iconifier le film, principalement pour son quatrième acte, d’une violence visuelle inouïe pour l’époque et accessoirement l’une des scènes les plus fameuses du septième art : la descente par un landau des interminables escaliers d’Odessa tandis que les cosaques tirent sur la foule. Modernité, vitesse, effets foudroyants et jamais gratuits. Autant de feux d’artifices dispensés par un Eisenstein faisant l’apologie de la révolution Russe tout en s’appropriant, en digérant et en réinventant avec une efficacité jusque-là inégalée le style grand spectacle « hollywoodien ». Cette séquence sera d’ailleurs maintes fois citée depuis : de « Guerre et Amour » (Woody Allen, 1975) à « Brazil » (Terry Gilliam, 1984) jusque dans son utilisation la plus baroque lors de la fameuse scène de la gare de Chicago des « Incorruptibles » (Brian de Palma, 1987). Pour l’anecdote, c’est le chef opérateur Edouard Tissé qui aurait eu l’idée de placer la caméra sur un chariot mobile le long de l’escalier monumental d’Odessa, créant ainsi l’ancêtre de la Dolly (caméra montée sur roue).

Au final, Eisenstein, aussi jeune fût-il, parvint à garder le cap et livra son film en temps et en heure : doux euphémisme. C’est en effet pendant l’entracte, lors de la première projection du film au Bolchoï, qu’il en termina le montage… juste avant la dernière bobine ! Narration resserrée (d’où seront retirés des intertitres reprenant des discours de Trotsky, dégagé entre temps du panthéon officiel du communisme), symbolisme exacerbé (gros plans extraordinaires), peu d’individualités ressortent de cette histoire passionnelle. Un scénario simple et percutant (cinq parties seulement) où tout va dans le sens de l’impact, comme aspiré par un trou noir. C’est la naissance de ce qui sera appelé le « cinéma-poing », porté par l’enchaînement des images, du rythme et des couleurs. Opposé au « cinéma-œil », ce nouveau cinéma s’avérera surtout un véritable coup de poing dans la gueule des spectateurs. Mais ceci est une autre histoire…

LE CUIRASSÉ POTEMKINE de Sergueï Eisenstein

Le Cuirassé Potemkine - Sergueï Eisenstein (1925)

Titre : Le Cuirassé Potemkine
Titre original : Броненосец «Потёмкин»

Réalisé par : Sergueï Eisenstein
Avec : Alexandre Antonov, Vladimir Barsky, Grigori Aleksandrov…

Année de sortie : 1925
Durée : 80 minutes

Scénario :  Sergueï Eisenstein d’après le récit de Nina Agadjanova-Choutko
Montage : Gregory Alexandrov – Sergueï Eisenstein
Image : Edouard Tissé – Vladimir Popov
Musique :  Edmund Meisel, Dmitri Chostakovitch
Décors : Vasili Rakhals

Nationalité : Union soviétique
Genre : Drame historique
Format : Noir et blanc – 35 mm –  1.33 : 1 – Muet

Synopsis : Un épisode de la Révolution russe de 1905 : l’équipage d’un cuirassé, brimé par ses officiers, se mutine et prend le contrôle du navire. Arrivés à Odessa, les marins sympathisent avec les habitants qui se font brutalement réprimer par l’armée tsariste…

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?