Knifeworld - The Unravelling
3.5Note Finale

Inquiétant, obscure, lugubre, dissonant, ce sont quelques moments habilement distillés entre deux couches plus mélodiques et positives qui introduisent ce petit album qui doit bien peser pas loin de 8 morceaux. Une vague impression de décousu jaillit rapidement, parallèle à l’écoute de cet album tortueux. Les vocalises viennent compléter et amplifier les instruments à vent, à cordes tandis que les finitions sont noyées dans un maelström de guitares et de synthés. L’univers ainsi créé par le groupe semble en permanence être ballotté par des vents changeants. Durant tout l’album, les oreilles s’emplissent de sons qui semblent jetés en vrac puis élaborés en un montage tournoyant au gré des alizés. Au bout de 45 minutes, on en ressort fourbu, la tête à l’envers, les cheveux en batailles.

L’apogée de l’album est atteint avec le morceau intitulé Don’t Land on Me littéralement n’atterit pas sur moi ce qui est assez humoristique comme titre. Et de fait, ce morceau est assez ludique. Mais c’est sans compter avec le tourbillonnant Destroy the World We Love, un autre condensé de l’univers créé par ces musiciens inspirés qui se poursuit avec l’inquiétant, angoissant morceau This Empty Room Once Was Alive un petit chef-d’oeuvre à lui tout seul développant un microcosme, un univers à part entière quelque chose d’une fragilité indicible. La conclusion de l’album fait apparaître un instrument appelé basson. Ce gros tube noir laisse échapper un son typique des orchestres symphoniques classiques. Il vient se mêler aux notes de piano, de guitare, au carillon, aux saxos, aux frottements des archets de violons et encore mil autres instruments joués par les synthés… on ne sait plus tellement c’est dense et habillé.

Un petit mot sur les musiciens dont un en particulier qui a pas mal bourlingué. En effet Kavus Torabi fut le frontman fondateur de Moonsoon Bassoon qui officia sur la scène Math-Rock londonienne entre 1995 et 2OO1, fut le guitariste des Cardiacs de 2OO4 à 2OO8, et aussi guitariste de talent, compositeur au sein de Guapo un groupe d’Avant-Prog depuis 2OO5 et encore, ce n’est pas fini, un belle collaboration avec Gong en 2OO5 ici aussi comme guitariste (sur scène d’abord) et co-compositeur (pour l’album I See You)… ouf, on respire la phrase est finie ! Mais l’aventure Knifeworld, elle, continue. Le personnel de cette formation est nombreux et varié provenant tantôt des Cardiacs évoqués plus haut mais aussi de Chrome Hoof un des groupes de la scène Experimentale les plus déjanté. Du coup, sachant cela, on aurait pu imaginer un album plus barré.

Également disponible en vinyle pour un son plus chaud et rond mais tout aussi décoiffant.

DESCRIPTION

Knifeworld - The Unravelling (2014)

Titre : The Unravelling
Artiste : Knifeworld

Date de sortie : 2014
Pays : Angleterre
Durée : 45:23
Label : Inside Out

Setlist

Can Teach You How To Lose a Fight (05:14)
The Orphanage (01:33)
Send him Seaworthy (06:36)
Don´t Land on Me (08:02)
The Skulls We Buried Have Regrown their Eyes (04:45)
Destroy the World We Love (06:05)
This Empty Room Once Was Alive (03:50)
I´m Hiding Behind my Eyes (09:15)

Line-up

– Kavus Torabi / guitar, vocals
– Melanie Woods / vocals, percussion
– Emmett Elvin / keyboards
– Charlie Cawood / bass
– Ben Woollacott / drums
– Chloe Herington  / bassoon, saxophones and vocals
– Josh Perl / alto saxophone and vocals
– Nicki Maher / tenor saxophone, clarinet and vocals

 

A propos de l'auteur

Belgium

Amateur de Rock Prog 7O's depuis le début des années 8O j'apprécie aussi le Jazz-Rock, la Fusion, la musique Funky des années 8O et c'est loin de s'arrêter là. J'anime le forum Amarok et j'administre la page Facebook Radio Cité. Je suis baba des séries télé depuis 1975, année qui m'a fait découvrir Star Trek (1966). J'aime les polars français des années 5O-6O-7O et le cinéma américain en général box-office ou non. J'ai une amitié particulière avec le cinéma belge... Allez savoir pourquoi :)

Articles similaires