Kino - Radio Voltaire
3.0Note Finale

Quelle est la différence entre un album de Lonely Robot (by John Mitchell) et un album de Kino (by John Mitchell) ?

La réponse tient en 2 mots : Pete Trewavas.

En effet Kino, revenu après 13 ans d’absence sous la forme de ce duo, propose avec Radio Voltaire, un disque qui aurait très bien pu, et d’ailleurs aurait dû voir le jour sous l’appellation Lonely Robot, si Inside Out n’avait pas suggéré à Mitchell de ressusciter Kino. C’est donc plus un album d’opportunité qui nous est présenté qu’un disque murement et longuement réfléchi. Le noyau dur est rejoint par John Beck (It Bites) déjà présent sur Picture et ici crédité en guest et non en membre à part entière et par le batteur de Steven Wilson, Craig Blundell, l’ancien batteur de Wilson présent sur le 1er opus, Chris Maitland, ayant quelque peu disparu de la scène musicale. Ce pedigree initial rend l’album plus proche et semblable au Big Dream de Lonely Robot qu’au Fear de Marillion ou aux autres projets de Pete Trewavas. Radio Voltaire a été majoritairement composé par Mitchell, Pete Trewavas n’apportant des maquettes avancées que sur trois titres des onze titres (dont “Out Of Time” et un solo de basse tout en douceur et musicalité). De plus, John Mitchell, dont on connait également les talents d’ingé son, a assuré toute l’organisation et la production autour de l’enregistrement.

L’album est plus une collection de chansons pop/rock d’ascendance prog qu’un réel album de rock progressif. Si “Radio Voltaire“, “Out Of Time” et “The Silent Fighter Pilot” sortent des carcans de la pop classique avec d’abord une longueur un peu plus importante autorisant quelques échappées instrumentales (Mitchell fait parler la six corde avec fougue sur “Radio Voltaire” ou sur le final de “Keep The Faith“), le format très ramassé de la plupart des titres cantonne la production au rock commercial (“Grey Shapes On Concrete Fields“, “I Don’t Know Why“),parfois à tendance alternative (“The Dead Club“) ou aux ballades acoustico/fm (“Idlewild“, “Temple Tudor“, “Keep The Faith“).

Radio Voltaire est un disque pas désagréable, mais on a une impression de facilité. Le line-up pouvait laisser espérer des compositions plus ambitieuses, et non ce qui semble avoir été une récréation de luxe. Les musiciens sont tous de classe mondiale, Mitchell est souvent mis en avant, plus par son jeu de guitare assez flamboyant que par ses capacités de chanteur, mais comme beaucoup de produits modernes de grande consommation, j’ai peur que ce disque ne passe pas à la postérité.

KINO – RADIO VOLTAIRE

Kino - Radio Voltaire (2018)

Titre : Radio Voltaire
Artiste : Kino

Date de sortie : 2018
Pays : Angleterre
Durée : 55’50
Label : InsideOut

Setlist

1. Radio Voltaire (7:03)
2. The Dead Club (4:10)
3. Idlewild (6:01)
4. I Don’t Know Why (5:23)
5. I Won’t Break So Easily Any More (5:30)
6. Temple Tudor (4:28)
7. Out Of Time (6:21)
8. Warmth Of The Sun (1:49)
9. Grey Shapes On Concrete Fields (4:41)
10. Keep The Faith (5:35)
11. The Silent Fighter Pilot (4:49)

Bonus tracks on 2018 CD edition:
12. Temple Tudor (piano mix) (4:29)
13. The Dead Club (Berlin Headquarter mix) (4:02)
14. Keep The Faith (orchestral mix) (5:35)
15. The Kino Funfair (1:01)

Line-up

– John Mitchell / lead vocals, guitar, programming, producer
– John Beck / synth, backing vocals
– Pete Trewavas / bass, bass pedals, acoustic guitar, backing vocals
– Craig Blundell / drums, percussion

With:
– Lena Fürmetz / spoken word (2)
– Stefan Peetz / spoken word (2)

 

A propos de l'auteur

Articles similaires