Kaukasus - I
4.0Note Finale

Comme son nom ne l’indique pas, Kaukasus est un groupe scandinave, formé de membres de White Willow ou d’Anglagard, de Motorpsycho ou encore de Opium Cartel . Projet studio, chaque musicien a enregistré ses parties chez lui, avant que le mix n’assemble le tout.

L’album démarre très fort avec deux titres puissants, sombres rappelant le King Crimson de 74, “The Ending Of The Open Sky” et surtout “Lift The Memory“. La voix de Rhys Marsh sur ce dernier est en effet très proche de celle de John Wetton. “Lift The Memory” est à la fois un sommet de l’album et une définition du rock progressif. Tout y est, ambiance, richesse des thèmes, instrumentation, passage énergiques alternant avec le calme des ambiances nordiques … du grand art.

Malheureusement, le niveau va quelque peu baisser ensuite. Si “In The Stillness Of Time” avec ses ambiances jazzy et son rythmes alternant batterie et son trip-hop arrive encore à éveiller la curiosité de l’auditeur, “Starlit Motion” qui suit est assez indigeste. Avec uniquement des boucles de synthés, accompagné de flute traversière, ce morceau qui emprunte beaucoup à Vangelis peine à nous intéresser et ses 5mn paraissent finalement bien longues.

Reptilian“, bien qu’assez répétitif, renoue avec la qualité des deux premiers titres. Le son scandinave est de nouveau présent, avec des ambiances froides, portées par le chant, la flûte et le mellotron. Ceci étant, le morceau, long de plus de 9 minutes aurait à mon sens gagné à être plus court, certains passages faisant assez office de remplissage.

The Witness” et “The Skyes Give Meaning” sont les deux très beaux titres qui vont clôturer l’album. “The Witness” est un moment de pure grâce, mélancolie suspendue hors du temps ou la voix est simplement portée par la flute et des arpèges de piano… C’est très beau.

Le dernier titre est lui construit comme un long crescendo de 8 minutes au cours duquel les instruments, flûte, basse, guitare et batterie vont petit à petit prendre de plus en plus d’importance, libérer de plus en plus d’énergie pour exploser lorsque le chant arrive…

Au final, ce premier opus de Kaukasus est un album inégal, ou le sublime côtoie le tout-venant, comme si les idées des musiciens n’avaient pas ou mal été canalisées et s’étaient gravées sur CD brut de création, sans être retravaillées, peaufinées… Le début et la fin de l’album sont superbes, mais le ventre mou des titres du milieu gâche légèrement le plaisir.

A suivre, si nos amis scandinaves ne se contentent pas d’un one-shot en dehors de leurs groupes principaux…

 

Photo : Andreas Ulvo

KAUKASUS – I

Kaukasus - I (2014)

Titre : I
Artiste : Kaukasus

Date de sortie : 2014
Pays : Norvège
Durée : 47’19
Label : Autumnsongs Records

Setlist

1. The Ending of the Open Sky (5:34)
2. Lift the Memory (8:53)
3. In the Stillness of Time (5:57)
4. Starlit Motion (5:21)
5. Reptilian (9:10)
6. The Witness (4:18)
7. The Skies Give Meaning (8:06)

Line-up

– Ketil Vestrum Einarsen / alto & soprano flutes, tenor horn, treated flute, hulusi,electric piano, saxxy, spektrals, EWI synthesizer
– Rhys Marsh / voices, electric guitar, acoustic piano, bass guitar, Fender Rhodes, Mellotron, drum machine, pedal steel guitar
– Mattias Olsson / drums, percussion, Mellotron, Orchestron, Optigan, Moog Taurus, VCS3 & Mother modular system, baritone guitar, bass marimba

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Articles similaires