Kate Bush - Hounds Of Love
4.8Top 1985

Après The Dreaming, son album probablement le plus excentrique qui lui avait fait connaître une petite baisse de régime côté ventes, Kate Bush revenait aux affaires avec l’objet qui la fera – enfin – entrer au panthéon des charts outre-atlantique (30ème place au Billboard). Bardé d’un statut de chanteuse bizarrement sensuelle et sensuellement bizarre à force de circonvolutions gutturales, sa voix un tantinet érotique offrira deux hits plaqués or : “Hounds of Love” et “Running Up That Hill” – de quoi laisser libre cours à la féerie visuelle d’une poignée de clips soignés.

Premier album intégralement produit par la prêtresse rock dans son studio privé, sur une table 48 pistes (s’il vous plait), le résultat est tout simplement splendide, magnétique, et fait se succéder quelques accents modernes purs et durs avec les habituels passages classiques sur simple piano.

Conceptuel. À la première face (cette grande époque des vinyls…) composée de chansons délayées, accessibles mais puissantes, succède une suite articulée, intitulée The Ninth Wave. Au menu, quelques morceaux d’anthologie et une plongée en pleine forêt mystérieuse, avec Dame du Lac et château hanté (les subtiles “Under Ice” et “Waking the Witch“), le tout inspiré d’un poème d’Alfred Tennyson (The Coming of Arthur). Malgré la délectable danse expiatoire “Jig of Life” (à grand renfort de violons, flûtiaux irlandais et percussions festives), le ton s’assombrit et les thèmes traditionnels se déploient généreusement sur les envoûtants chorus de “Hello Earth” et le final enjoué de “The Morning Fog“. Chef-d’œuvre.

On a beaucoup dit, beaucoup glosé sur ce Hounds of Love, mais sa grande réussite tient surtout au subtile mélange opéré entre les versants pop et conceptuels de la chanteuse… un tour d’horizon flamboyant qui mettait alors de plus en plus l’accent sur l’atmosphère des histoires contées. Une approche musicale loin des canons habituels et du boucan capitaliste qui tentait d’étouffer tout effort créatif dans l’œuf du serpent EMI.

Et pour enfoncer le clou, sortira un an plus tard “Don’t Give Up“, duo magique avec son faux jumeau masculin Peter Gabriel. Peut-être la plus belle chanson des années 80 qu’elle irradiera d’un torrent d’émotions. Rien que ça !

KATE BUSH – HOUNDS OF LOVE

Kate Bush - Hounds of Love (1985)

Titre : Hounds of Love
Artiste : Kate Bush

Date de sortie : 1985
Pays : Angleterre
Durée : 46’13
Label : EMI

Setlist

1. Running up That Hill (A Deal With God) (5:03)
2. Hounds of Love (3:03)
3. The Big Sky 4:41)
4. Mother Stands for Comfort (3:08)
5. Cloudbusting (5:10)
6. And Dream of Sheep (2:45)
7. Under Ice (2:21)
8. Waking the Witch (4:18)
9. Watching You Without Me (4:07)
10. Jig of Life (4:04)
11. Hello Earth (6:13)
12. The Morning Fog (2:34)

Line-up

– Kate Bush / Piano, Keyboards, Vocals, Voices, Producer, Fairlight
Guests :

– Brian Bath / Guitar, Vocals (bckgr)
– John Carder Bush / Vocals, Vocals (bckgr), Narrator, Photography
– Paddy Bush / Harmonica, Mandolin, Violin, Balalaika, Vocals, Vocals (bckgr), Didjeridu, Harmony Vocals, Vocal Harmony, Fujara
– Stuart Elliott / Drums
– Richard Hickox / Vocals, Choir Master
– Donal Lunny / Bouzouki, Bouz, Bodhran
– Kevin McAlea / Synthesizer, Synthesizer Programming
– Medici Sextet / Strings
– Charlie Morgan / Drums, Handclapping
– Alan Murphy / Guitar
– Liam O’Flynn / Pipe, Uillean Pipes
– Del Palmer / Bass, Vocals, Vocals (bckgr), Handclapping, Engineer, Fairlight, Linn
– Morris Pert / Percussion
– John Sheaha / Fiddle, Whistle (Human), Whistle (Instrument)
– Danny Thompson / Bass, Double Bass
– Eberhard Weber / Bass
– Jonathan Williams / Guitar, Cello

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires