Josey Wales Hors La Loi
4.8Note Finale

Très productif, Josey Wales Hors la Loi est (déjà) le cinquième film de Clint Eatwood en autant d’années. Écrit par Michael Cimino (scénariste de Magnum Force, second volet des aventures urbaines et saignantes de l’inspecteur Harry) et Philip Kaufman (futur réalisateur de l’Étoffe des Héros), ce dernier devait réaliser le film mais il sera débarqué par Eastwood après de nombreux désaccords : « C’est moi qui l’avait engagé pour réécrire le script et le réaliser. Son travail de scénariste était excellent, mais au tournage il s’avéra que nos points de vue différaient totalement. J’avais investi mon argent personnel pour acheter les droits du livre, passé beaucoup de temps à développer ce projet, conçu une vision précise de ce que devait être le film. L’approche de Phil était sans doute fondée, peut-être meilleure, mais ce n’était pas la mienne, et je m’en serais voulu si le résultat n’avait pas correspondu à ce que j’espérais… ». Suite à cet incident, une loi fut votée (the Eastwood Rule) qui interdira le remplacement d’un réalisateur par l’un des acteurs ou par le producteur d’un film ! 

À la façon d’un Little Big Man (Arthur Penn), Josey Wales Hors la Loi est un western moderne, néo-classique, qui joue avec les codes du genre pour mieux les détourner : indiens, prostituées, tueurs à gage, soldats, bandits, jeune femme en détresse, héros nonchalant, ivrognes… le cahier des charges est rempli du bestiaire habituel sans jamais s’enfoncer dans le cliché. assemble les pièces du puzzle à son rythme, avec un sens du cadre épatant et un art consommé pour le mélange des genres. Violence, humour, sentimentalisme, s’apostrophent sans jamais déborder. Bien que la fin abandonne le spectateur à se faire une idée des choses, comme souvent chez le cinéaste, Josey Wales Hors la Loi s’enracine dans une forme d’optimisme affranchi des contraintes, lucide jusque ce monologue final, face aux commanches, et cette vision fraternelle naïve mais pétrie d’une honnêteté qu’il serait malvenue de regarder en biais. Surtout, réalisait ici son premier chef d’œuvre, comme une respiration, une pulsion de vie...

ENGLISH VERSION

THE OUTLAW JOSEY WALES

The Outlaw Josey Wales is already ‘s fifth film in as many years. Written by Michael Cimino (screenwriter of Magnum Force, the second part of Inspector Harry‘s urban and bleeding adventures) and Philip Kaufman (future director of the The Right Stuff) who was supposed to direct the film but he was fired by  after many disagreements: “I was the one who’d hired him to rewrite the script and to direct it. His work as a writer was excellent, but when it came to shooting it, it turned out that our point of view were completely different. I had invested my own money to buy the rights of the book, I’d spent a lot of time developing this project, I’d conceived a precise vision of what the film had to be. Phil’s approach was probably solid, maybe it wa better, but it wasn’t mine and I would have been angry at myself if the result hadn’t corresponded to what I hoped for…“.  Following this incident, a law was passed (the Eastwood Rule) that will prohibit the replacement of a director by one of the actors or by the producer of a film!

Like Little Big Man (Arthur Penn), The Outlaw Josey Wales is a modern, neoclassical western, who plays with gender codes to better divert them: Indians, prostitutes, hired killers, soldiers, bandits, young women in distress, nonchalant heroes, drunks… the specifications are filled with the usual bestiary without ever getting into the cliché.  puts together the pieces of the puzzle at his own pace, with an amazing sense of the setting and a consummate art of mixing genres. Violence, comedy, sentimentality, all come together without ever overflowing. Although the end abandons the viewer to form an idea of things, as is often the case with the filmmaker, The Outlaw Josey Wales is rooted in a form of optimism freed from constraints, lucid until this final monologue, faced with the Commanches, and this naive but fraternal vision steeped in an honesty that it would be unwise to look at obliquely. Above all, created his first masterpiece here, like a breath, a life impulse.

Josey Wales hors la loi

Titre : Josey Wales Hors La Loi
Titre original : The Outlaw Josey Wales

Réalisé par : Clint Eastwood
Avec : Clint Eastwood, Dan George, Sondra Locke…

Année de sortie : 1976
Durée : 135 minutes

Scénario : Philip Kaufman et Sonia Chernus, d’après le roman The Rebel Outlaw: Josey Wales de Forrest Carter publié en 1973, réimprimé en 1975 sous le titre Gone to Texas
Montage : Ferris Webster
Image : Bruce Surtees
Musique : Jerry Fielding
Décors : Tambi Larsen

Nationalité : États-Unis
Genre : Western
Format : Couleur (Technicolor) – 35 mm – 2,35:1 – mono (Westrex Recording System)

Synopsis : Josey Wales, un paisible fermier, voit sa femme et son fils massacres par des soldats nordistes. Laisse pour mort, Josey decide de se venger…

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.