Iron Maiden - The Final Frontier
3.8Note Finale

Les amateurs de hard rock à ralonge seront bien inspirés de refaire un tour du côté de la vierge de fer. Pour leur quinzième album, Iron Maiden ne fait guère dans la nuance poétique (pas le genre de la maison, c’est vrai) en dégainant une gnaque “gros calibre“, brute de décibels, sur fond de riffs saturés et de rythmiques chavirés à la Guiness. Et si la volonté de se renouveller est bien là, elle n’enlèvera pas aux profanes l’image d’un groupe de chevelus pré-retraités qui sculptent leurs chansons au marteau et au burin dans une grange elizabethaine paumée au fin fond d’une britannie défigurée par les restes encore tièdes de son industrie agonisante. Qu’importe ! La formule proposée sur The Final Frontier oppose la sulfure de titres turbulents mais incolores (« El Dorado », « Mother Of Mercy », « The Alchemist ») à des compositions XXL où chacun place son grain de sel, à défaut d’un vrai grain de folie. Le niveau culmine sur « Isle Of Avalon », les terribles variations épiques de « The Man Who Would Be King » et les déflagrations de « When The Wild Wind Blows » qui exécute la conclusion du disque… à bout portant. Pan !

“ There will be a catastrophe / The like we’ve never seen / There will be something that will light the sky / That the world as we know it, it will never be the same / Did you know, did you know? ”

Sur cette terre de désolation, le cahier des charges est rempli à ras bords : on a bien le chant griffu de Bruce Dickinson, le trio de guitares en apné Jannick GersAdrian SmithDave Murray et la rythmique fulminante de Steve Harris & Nico McBain. A ce stade, Iron Maiden nous donne parfois le sentiment de devoir cavaler derrière leurs canassons obsédés à explorer le bas-côté des routes abandonnées par une humanité aussi désincarnée que leur mascotte. Avec ce disque qui confine au dysfonctionnement hormonal, nous voici loin du hard-rock habituel, des biceps sous amphétamines. The Final Fontier s’avère même leur album le plus progressif depuis vingt ans et un certain Seventh Son of the Seventh Son. Le plus réussi également.

IRON MAIDEN – THE FINAL FRONTIER

Iron Maiden - The Final Frontier (2010)

Titre : The Final Frontier
Artiste : Iron Maiden

Date de sortie : 2010
Pays : Angleterre
Durée : 76’35
Label : EMI

Setlist

1. Satellite 15…. The Final Frontier (8:40)
2. El Dorado (6:49)
3. Mother Of Mercy (5:20)
4. Coming Home (5:52)
5. The Alchemist (4:29)
6. Isle Of Avalon (9:06)
7. Starblind (7:48)
8. The Talisman (9:03)
9. The Man Who Would Be King (8:28)
10. When The Wild Wind Blows (10:59)

Line-up

– Bruce Dickinson / vocals
– Dave Murray / guitars
– Janick Gers / guitars
– Adrian Smith / guitar
– Steve Harris / bass and backing vocals
– Nicko McBrain / drums

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.