A l’occasion de la sortie de Solitude, leur quatrième album, IO Earth représenté ici par Dave Cureton et Adam Gough, s’est donc plié à l’exercice de l’interview, histoire de faire le point sur une carrière impeccable et l’arrivée d’une nouvelle chanteuse, Rosanna Lefevre.

IO Earth - Solitude (2017)

Lire la chronique de “Solitude”

Salut les gars, comment ça va ?

DAVE CURETON & ADAM GOUGH : Salut ! Super, merci !

Pour ceux qui ne vous connaîtraient pas, pouvez-vous vous présenter ?

DAVE : Nous sommes les fondateurs et les compositeurs du groupe de rock progressif symphonique IO Earth. Nous venons du Royaume-Uni et sommes basés à Birmingham en Angleterre.

Solitude est votre quatrième album. Comment le définiriez-vous ?

DAVE : C’est un album sur l’espoir et le bonheur. Le thème principal est la maladie mentale et les luttes pour la surmonter – mais nous nous sommes efforcés de faire en sorte que le message global soit positif, que tout peut être surmonté.

ADAM : Nous voulions écrire sur ce sujet parce que c’est encore quelque chose qui n’est pas suffisamment couvert dans les médias. Il y a toujours une stigmatisation rattachée et jusqu’à ce que cela soit abordé, les gens continueront à souffrir inutilement.

DAVE : Ouais. C’est un sujet qui nous est proche et cet album est notre petite contribution.

Quelle fut votre approche créative ?

DAVE : Nous avons basé chaque titre sur un aspect de la maladie mentale. Une maladie spécifique ou un problème auquel les gens sont confrontés. Cela nous a donné l’émotion générale pour chaque chanson. Elles commencent par une idée basée sur l’émotion et se construisent à partir de là.

ADAM : Nous faisons tout ce que nous pouvons pour rendre nos chansons émouvantes. Nous sommes beaucoup plus intéressés par l’émotion et la mélodie que de montrer notre technique… même si nous laissons à l’occasion les membres du groupe s’en donner à cœur joie !

Diriez-vous que c’est un album concept ?

DAVE : Pas vraiment. Il y a un thème général, comme nous l’avons dit. Mais il n’y a pas d’histoire narrative à suivre. Donc je ne le classerais pas comme un album concept moi-même.

Rosanne Lefevre est votre nouvelle chanteuse…

DAVE : Rosie est une fille du coin, elle vit à seulement 10 minutes de notre local de répétition. Quand elle a commencé à chanter pendant son audition, nous avons instantanément su qu’elle était la chanteuse pour nous. Elle a une voix géniale, qui va de douce et mélodieuse à brute et puissante, et elle est complètement immergée dans la musique.

ADAM : Depuis qu’elle a rejoint IO Earth, elle a complété sa maîtrise en musique. Je pense que cela la rend plus qualifiée que n’importe qui d’autre dans le groupe ! Rosie est une vraie artiste naturelle. Elle a des influences dans des groupes rock classiques tels que Stevie Nicks… elle partage donc vraiment la nature théâtrale de notre musique.

Quelles sont les différences avec Linda Odinsen?

ADAM : Linda a un style très éthéré, et c’était parfait pour New World. Avec la musique plus lourde et les thèmes plus sombres de Solitude, le côté brut de Rosie ajoute vraiment au son et s’accorde parfaitement.

DAVE : Bien sûr, Linda aurait été très bonne aussi, mais je pense que l’album aurait eu une atmosphère un peu différente puisque la voix de Linda a un son moins énervé, plus coulée.

Solitude me semble plus sombre que New World et Moments. C’est un sentiment que vous partagez ?

DAVE : “Solitude” a un thème plus sombre que les albums précédents, et la musique reflète cela. Nous avons aussi beaucoup aimé le côté métal que CJ, notre batteur, a apporté.

ADAM : Une grande partie de “Solitude” est très calme. Les gens disent que c’est plus heavy que d’habitude, mais il n’y a pas beaucoup de ces moments « durs ». Mais le contraste entre la lumière et l’obscurité sur l’album rend vraiment efficaces les sections sombres et plus heavy.

Dans cet album, tous les titres dépassent les 7 minutes. C’est un choix délibéré ?

DAVE : Cela semble étrange, mais les chansons apparaissent juste comme ça dans nos esprits. Ensuite, il suffit de les sortir de nos cerveaux et de les enregistrer dans Pro Tools ! Parfois, les chansons sont longues, parfois elles sont courtes. Je pense que “Solitude” ne contient que des chansons « longues » parce que chacune raconte une histoire qui a besoin de temps pour être explorée. Je ne pense pas qu’elles auraient été aussi efficace si nous avions essayé de les raccourcir. Elles sont comme des choses vivantes pour nous. Elles se forment d’eux-mêmes.

IO Earth

Comment définiriez-vous le rock progressif ?

DAVE : Nous voyons cela de la façon suivante : il y a deux définitions. La musique “Progressive” est tout ce qui va de l’avant, en essayant de faire quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant. Elle a été étiquetée au fil des ans comme de la musique qui a des soli de claviers ou des signatures de temps bizarres, mais cela n’est pas le bon angle. La musique progressive est juste… « progressive » !

ADAM : L’autre définition est “Prog“, qui est pour nous un sous-ensemble de la musique progressive. “Prog” est constitué de ces fameux soli de claviers et de ces signatures de temps étranges. C’est ce qui a été produit dans les années 60 et 70. Beaucoup de groupes font encore du “Prog” en ce moment, ce qui est génial car il y a un grand marché pour ça. Mais nous sommes complètement du côté du “Progressif”. Nous voulons que les gens pensent “Je n’ai jamais entendu quelque chose comme ça avant.”

« Quand Rosanne a commencé à chanter pendant son audition, nous avons instantanément su qu’elle était la chanteuse pour nous… » – Dave Cureton

Quelles sont vos références ou vos sources d’inspiration ?

DAVE : La plupart de mes influences sont bien connus maintenant – des guitaristes légendaires comme Steve Vai, Joe Satriani, Frank Zappa. Mais vraiment, et je le dis toujours, j’écoute avant tout ce qui est bon.

ADAM : Oui, la même chose. Vraiment, nous ne sommes que des fans de bonne musique. Elle transcende le genre et n’a pas de limites. Ma collection de musique contient littéralement tout d’Abba à Zappa. J’ai grandi en écoutant du grunge, des classiques de l’époque romantique comme Tchaïkovski, du rock classique, des pionniers progressistes comme Pink Floyd … mais aussi beaucoup d’autres domaines comme la danse, la transe, les comédies musicales. La bonne musique est partout si vous êtes ouvert à cela.

Quel est votre processus créatif ?

ADAM : Nous n’avons pas de processus précis auquel nous adhérons. Je pense que nous trouvons tous les deux qu’essayer d’écrire dans un format trop rigide n’aide pas réellement la créativité. Nous nous réunissons pour partager des idées et travailler sur des chansons quand nous pensons que c’est le bon moment pour composer.

DAVE : Oui, nous proposons habituellement de petites idées séparément, comme un riff ou une séquence d’accords, ou parfois même simplement une idée de chanson – que ce soit un thème musical ou une histoire à raconter. Ensuite, nous faisons des démos de 60 secondes qui vont toutes dans un dossier partagé… et c’est ce sur quoi nous travaillons quand nous nous réunissons pour écrire.

ADAM : Dave et moi sommes toujours dans le même espace mental quand il s’agit de ce que nous voulons écrire, donc les idées que nous enregistrons correspondent souvent et forment en fait différentes sections de la même chanson.

DAVE : Nous ne disons jamais “non” quand il s’agit de mélanger des riffs ou des idées avec d’autres.

Cet album a été financé par un système crowfunding. Qu’en pensez-vous ?

ADAM : Le financement participatif est devenu très populaire et très utile aux créateurs dans de nombreux domaines. Il y a eu des campagnes pour à peu près tout ce que vous pouvez imaginer au cours des dernières années. La popularité de celui-ci montre vraiment que c’est un modèle qui fonctionne, et dans certains cas, mieux que la façon traditionnelle.

DAVE : Je pense que c’est parce que c’est à double sens, donnant des avantages aux artistes aussi bien qu’aux fans. En tant qu’artiste, nous recevons l’argent à l’avance, ce qui nous permet d’enregistrer et de diffuser plus rapidement, et les fans obtiennent les objets bonus supplémentaires comme des articles exclusifs et des billets pour des événements spéciaux. Si vous pouvez trouver un bon site de crowdfunding, tout le côté administratif sera enlevé, et c’est essentiel pour les artistes indépendants comme nous, qui n’ont pas une énorme équipe de travail derrière eux.

Quels sont vos projets après cet album ?

DAVE : Nous travaillons toujours sur de nouveaux matériaux – l’album numéro 5 sera notre objectif principal dans un avenir proche. Mais nous avons aussi quelques petites choses prévues pour 2019. Malheureusement, elles sont top secret en ce moment !

ADAM : Tout ce que nous dirons c’est que 2019 est le 10ème anniversaire de la sortie de notre premier album, donc nous allons faire quelque chose de spécial à ce sujet.

Une interview réalisée en mars 2018 par Cyrille Delanlssays

Crédit photos : Wendy Vissers-Hagenbeek

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires