Indigo Girls - One Lost Day
4.0TOP 2015

Si ce quatorzième album d’une carrière commencée en 1987 devait nous apprendre quelque chose, c’est bien que le duo Indigo Girls retrouve le top des harmonies vocales, avec ce mélange épatant entre Simon & Garfunkel, Bob Dylan, Bruce Springsteen et Neil Young. Un folk/rock raffiné qui perpétue une tradition americana typique, appuyant la forme sans jamais oublier le fond. Avec One Lost Day, il y a évidemment des textes bien ficelés, parfois engagés et autobiographiques (« Findlay, Ohio 1968 ») qui touchent une nouvelle fois la cible en plein cœur.

Pour nourrir cet album qui succède à l’accueil, mitigé, de Beauty Queen Sister (2011), le duo aura vécu bonheurs et drames personnels (mariage, enfants, deuil). Avec deux albums solos au compteur pour Amy Ray (Lung of Love en 2012, Goodnight Tender en 2014), la complicité retrouvée avec Emily Sailers leur permet de partager une nouvelle fois ces treize chansons avec la même méthode d’écriture séparée. Cela donne ce délicat balancier entre folk pure, mélancolique (« Elisabeth », « Texas Was Clean », « If I Don’t Leave Here Now ») et un rock plus rugueux (« Happy in the Sorrow Key », « The Rise of the Black Messiah ») qui solutionnent l’équation de belle manière. Avec l’aide de la productrice-multi instrumentiste Jordan Brooke Hamlin, les sonorités des Indigo Girls évoluent également vers quelque chose de neuf, avec des intruments à vent, des loops, et des textures jusqu’ici absentes. Des sonorités qui nous plongent évidemment dans un country/folk éternel (« Olympia Inn ») qui n’élude pas le groove à la Jewel (« Learned It On Me »), un sens de l’acoustique vertébral (« Fishtails ») et du joyeusement positif sur la splendide conclusion « Come a Long Way ».

Nul doute que la nouvelle collaboration avec Brian Joseph (mixage) et Hamlin aboutie ici à un regain de créativité, à l’exploration de vastes étendues de délicatesse, d’une simplicité étourdissante qui force l’admiration.

INDIGO GIRLS – ONE LOST DAY

Indigo Girls - One Lost Day (2015)

Titre : One Lost Day
Artiste : Indigo Girls

Date de sortie : 2015
Pays : États-Unis
Durée : 52’00
Label : Vanguard Records

Setlist

1. Elizabeth – 3:37
2. Happy in the Sorrow Key – 2:58
3. Southern California is Your Girlfriend – 4:20
4. Texas Was Clean – 4:11
5. Alberta – 3:05
6. Olympia Inn – 4:15
7. If I Don’t Leave Here Now – 3:36
8. Spread the Pain Around – 4:07
9. Learned It on Me – 4:12
10. The Rise of the Black Messiah – 4:21
11. Findlay, Ohio 1968 – 6:15
12. Fishtails – 3:31
13. One Lost Day – 3:31

Line-up

– Amy Ray – vocals (1–6, 8–13), electric guitar (1–3, 6, 9, 12), octave mando-guitar (3, 5), acoustic guitar (4, 13), mandolin (8, 10)
– Emily Saliers – vocals (1–13), acoustic guitar (1–9, 11, 13), dulcimer (1), electric guitar (10), banjo (12)

Guests:

– Brady Blade – drums (1, 4, 8, 10)
– Butterfly Boucher – bass (3, 11)
– Don Chaffer – cello (11)
– Chris Donohue – bass (4)
– Jordan Brooke Hamlin – clarinet (2, 11), French horn (2, 5), trumpet (2, 12), piano (3–5, 11, 12), electric guitar (3, 4, 9, 12, 13), octave mando-guitar (3, 6), programming (3), archtop guitar (4), organ (4, 6), dulcimer (5), percussion (5), bass (7), baritone guitar (8), banjo (8) pedal steel guitar (8, 12), drums (8, 13), noises (8, 11), synthesizer (9)
– Lyris Hung – violin (2, 5, 8, 10, 11, 13)
– Fred Eltringham – drums (3, 11, 13)
– Carol Isaacs – piano (1, 3, 7, 10, 12, 13), organ (1, 10, 11, 13), accordion (8, 11)
– Brian Joseph – drums (9)
– Jaron Pearlman – drums (2–6, 8, 9, 11, 12), tambourine (2)
– Lex Price – bass (1, 8, 10, 12), bouzouki (8)
– Benjamin Ryan Williams – bass (2, 5, 6, 9)

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires