Gary Moore - Blues Alive
5.0TOP 1993

On plaindra ici tous ceux qui se seraient mis en tête d’oublier la guitare et la voix de Gary Moore. Avec Blues Alive, l’originaire de Dublin, parti dans le grand nulle part rejoindre Rory Gallagher et Stevie Ray Vaughan, nous replongeait dans ce qui généra une seconde partie de carrière réanimée, porteuse d’un flambeau Blues âpre et vrombissant. Après les albums majeurs Still Got The Blues (1990) et After Hours (1991), pièces centrales d’une discographie prophylactique, la tournée qui suivit vagabonda suffisamment loin dans la maîtrise du style pour transformer le témoignage en chef d’œuvre du genre.

Doué d’un jeu de guitare frénétique, plus utile que n’importe quel Prozac en circulation, Gary Moore enquille les standards avec un raffinement et une fidélité dans l’amour du blues qui place l’album dans la catégorie des tourneries assassines. Plus d’une heure durant, il souffle ainsi un air de chevauchée sauvage et fantastique autour du band, introduit par l’inextinguible « Cold Day in Hell ». On attend de pied ferme les passages plus sensibles (« Story of the Blues », « Separate Ways ») et l’on découvre, ébahit, une pureté quasi organique dans cette façon plaintive de faire pleurer l’instrument. Les amateurs de groove puissant et de rythmes endiablés seront servis avec « Too Tired », « Since I Met You Baby » ou ce « King of the Blues » porteur d’une passion de vivre, de coups de gueule électrisés, qui vous galvanisent illico. Encadrés par des musiciens et des choristes absolument parfaits (la version vidéo offre même un duo avec le monumental BB King), notre ami en profite pour revisiter de sa verve inimitable ses deux tubes incontournables, « Still Got the Blues » et « Parisienne Walkways ».

Au-delà de ses talents de musiciens hors norme, Gary Moore assure avec une indéniable finesse vocale ses parties chantées. Les idiots qui viendraient redéfinir la voix du Gary « bluesman » devant l’éternel ont du souci à se faire. Ce disque est sorti en 1992, en plein dans les années magiciennes de l’incarnation Nick Nolte du rock. Il sera suivi d’un hommage à son idole absolu, Peter Green, dans l’exquis Blues For Greeny, autre indispensable de ce sorcier qui plaçait dans chaque note assez de sueur, d’humanité et de rage désespérée pour leur permettre de s’arracher. De s’envoler. Très haut. So long Gary.

GARY MOORE – BLUES ALIVE

Gary Moore - Blues Alive (1992)

Titre : Blues Alive
Artiste : Gary Moore

Date de sortie : 1992
Pays : Irlande
Durée : 76’11
Label : Virgin

Setlist

1.Cold Day In Hell 5:35
2.Walking By Myself 5:00
3.Story Of The Blues 7:32
4.Oh, Pretty Woman 4:25
5.Separate Ways 5:48
6.Too Tired 4:34
7.Still Got The Blues 6:44
8.Since I Met You Baby 3:02
9.The Sky Is Crying 8:50
10.Further On Up The Road 5:34
11.King Of The Blues 6:13
12.Parisienne Walkways 7:03
13.Jumping At Shadows 5:51

Line-up

Gary Moore – guitare / chant
Tommy Eyre – claviers
Andy Pyle – basse
Graham Walker – batterie
Martin Drover – trompette
Frank Meat – saxophone alto / harmonica
Nick Pentalow – saxophone ténor
Nick Payn – saxophone baryton
Candy Mackenzie – chœurs
Carol Thompson – chœurs
Albert Collins (invité) – guitare / chant sur “Too Tired”

Votre avis

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

hello