Ex Machina
3.8Note Finale

Collaborateur de longue date de Danny Boyle (les scripts de 28 jours plus tard et Sunshine, le roman de La Plage), Alex Garland signe avec Ex Machina son premier film derrière la caméra. Une fable d’anticipation qui nous présente Caleb (Domhnall Gleeson), gagnant d’un concours qui lui permet de passer une semaine dans le complexe hypermoderne – et sécurisé – de son boss, Nathan (Oscar Isaac), informaticien génial isolé dans la montagne, pour participer à ce qui va s’avérer une expérience sur l’intelligence artificielle. Là, entre bâtiments verrouillés, décors naturels isolés (façon Délivrance), cartes magnétiques, vidéo-surveillance et expérimentations sur fond de test de Turing (celui qui permet de déceler la faculté pour une I.A. d’imiter la conversation humaine), c’est à un véritable jeu du chat et de la souris que nous assistons entre l’humain et la machine prénommée Ava, interprétée par une troublante Alicia Vikander.

Le jeu du chat et de la souris façon Limier de Joseph Mankiewicz (1972) permet aux deux scientifiques de larguer assez rapidement les bagages trop théoriques du sujet pour jouer au huis clos à la fois cérébral (quand même) et physique (bâtiment, nature, corps). Propos aussi glaçant que le décorum, la mise en perspective des dangers de l’I.A. propose classiquement une mise en abyme sur notre propre humanité. Renforcé par une réalisation sobre, efficace, presque chirurgicale, nous sommes témoin de quelques approximations (comment Nathan a-t-il pu réussir seul ?) mais également de scènes étonnantes (scène de la danse). Que le génie scientifique du faux démiurge soit représenté par un être aussi singulier, préférant se noyer dans l’alcool et l’exercice physique pour mieux déployer ses paraboles métaphysiques, en dit long sur le projet. A ce petit jeu, on pourra reprocher au film de ne pas suffisamment développer ce personnage, sorte de Zuckerberg grunge et destroyed. Heureusement, cet étonnant portrait reste admirablement porté par Oscar Isaac qui fascine autant son invité que le spectateur.

La lenteur globale du rythme ajoute à la paranoïa latente d’une action temporalisée : les étapes du processus sont numérotées, l’unité de temps clairement déterminé). Elle donne ainsi un vrai cachet à cette relecture du mythe de FrankensteinAva, androïde sexualisé, se fait tour à tour touchante, troublante, menaçante, manipulatrice. La liberté et l’émancipation sont à ce prix. Au petit jeu des faux-semblants, entre humains et A.I. (également représenté par Kyoko, humanoïde à tout faire), le jeu des artifices se déploie inexorablement. Traité comme un thriller psychologique, Ex Machina s’avère malgré tout plus maîtrisé que vraiment surprenant. Mais pour ses débuts, Alex Garland peut se targuer d’avoir réussi un film brillant, sobre et intelligent.

EX MACHINA de Alex Garland

Ex Machina - Alex Garland (2015)

Titre : Ex Machina
Titre original : Ex Machina

Réalisé par : Alex Garland
Avec : Oscar Isaac, Alicia Vikander, Domhnall Gleeson…

Année de sortie : 2015
Durée : 108 minutes

Scénario : Alex Garland, Glen Brunswick
Image : Rob Hardy
Musique : Geoff Barrow et Ben Salisbury
Montage : Mark Day

Nationalité : Angleterre
Format : Couleur

Synopsis : À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante  : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.