S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
Deep Purple - InFinite
4.0Note Finale

Cinquante ans de carrière et des cacahuètes, plus de 120 millions d’albums vendus, Deep Purple cumule près de trois siècles et demi entre ses cinq membres et les voici pourtant de retour avec InFinite, leur vingtième album studio, sous le paletot. Après le succès critique et public de Now What?! (2013) enregistré sous la houlette de Bob Ezrin, il fallait du carburant ultra-inflammable pour repartir à l’aventure avec l’ancien producteur de Pink Floyd et Alice Cooper. Passé la belle impression d’une pochette incrustant le symbole de l’infini dans la glace, l’album revient rapidement sur les fondamentaux du groupe, laissant de côté les digressions euphoriques qui surprirent le public sur le précédent opus.

Dès « Time for Bedlam », la dynamique pulse, les claviers tricotent, la guitare jongle avec souplesse et le son semble une nouvelle fois sortir des seventies. Le line-up reste identique aux précédents opus avec Ian Paice, Don Airey, Roger Glover, Steve Morse et le chant de Ian Gillian dont on sent les limites actuelles sans pour autant devoir trop tirer sur les cordes (vocales). Avec ses accents blues (« One Night in Vegas »), boogie et un son rock droit dans ses bottes (« Hip Boots »), du groove à revendre, du feeling, du revival assumé (« All I Got is You ») revisité sans chercher à s’éloigner de la marque de fabrique Deep Purple, la recette InFinite donnera son lot de très beaux moments aux fans de la première heure avec ses deux sommets « The surprising » et surtout « Birds of Prey » avec son final en forme de course folle.

Si l’auditeur pourra être surpris par certains choix discutables comme cette fin brutale de « On Top of the World », la reprise de « Roadhouse Blues » (en une seule prise) des Doors témoigne de l’esprit joyeux avec lequel fut enregistré cet album, et de l’amour inconditionnel de ses membres pour les classiques du genre. Un titre qui ne manque ni de sel ni de souffle, éléments que l’on pourra par ailleurs mégoter sur l’ensemble d’une production solide mais sans audace, à qui certains pourront reprocher le manque de folie. A ce niveau, c’est effectivement pinailler sur un album plein de maîtrise et de virtuosité. Rien d’extraordinaire, certes. Et s’il lui manque le vertige des grandes œuvres, Deep Purple conjugue ses talents avec un rare savoir-faire.

DEEP PURPLE – INFINITE

Deep Purple - InFinite (2017)

Titre : InFinite
Artiste : Deep Purple

Date de sortie : 2017
Pays : Angleterre
Durée : –
Label : earMUSIC

Setlist

1. Time for Bedlam
2. Hip Boots
3. All I’ve Got Is You
4. One Night in Vegas
5. Get Me Outta Here
6. The Surprising
7. Johnny’s Band
8. On Top of the World
9. Birds of Prey
10. Roadhouse Blues

Line-up

– Ian Paice / Drums, Percussion
– Roger Glover / Bass, Vocals
– Ian Gillan / Vocals
– Steve Morse / Guitars, Vocals
– Don Airey / Keyboards, Organ

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires