Dave Kerzner - Static
3.5Note Finale

Voici un disque que j’ai eu des difficultés à apprivoiser et sur lequel il a fallu que je fasse des efforts. Pour son deuxième album solo, Dave Kerzner n’a en effet pas choisi la facilité de reproduire la recette de New World. Il nous livre ici un concept un peu tarabiscoté traitant de l’encombrement de nos esprits par le chaos et l’ensemble des détails de la vie quotidienne et comment ceci interfère dans notre tête avec le chemin vers la clarté et le bonheur. Le concept se décline en 14 titres et l’illustration du concept quelque peu tordu se retrouve dans la musique. On est assez loin de la fluidité et de l’aspect floydien de New World, le résultat est assez heurté. D’un point de vue réalisation, Kerzner a assuré le chant, les claviers et une partie des guitares. Il s’est entouré d’une ribambelle de musiciens connus, comme Fernando Perdomo (Todd Rundgren) qui signe également une partie des morceaux avec Randy McStine (Lo-Fi Resistance) et les soeurs McBroom (Pink Floyd) et de quelques invités de prestiges qui viennent ponctuellement poser leur patte sur un titre ou deux (Steve Hackett, Colin Edwin, Billy Sherwood ou Nick D’Virgilio). Avec ce disque, plus ambitieux que son prédécesseur, plus sombre également Dave Kerzner a pris le risque, qu’on doit saluer, de ne pas se répéter et d’expérimenter. Le problème est, pour moi, que ça ne fonctionne pas tout le temps. Ou qu’en tout cas, je ne suis pas rentré dans le trip. Certains titres, comme “Static” ou “Chain Reaction” sont vraiment très réussi, mélodiques avec beaucoup de feeling. D’autres comme “Hypocrites“, “Reckless” ou “Dirty Soap Box” sont très …chaotiques, ce qui sert le concept, mais je ne prends pas de plaisir à les écouter. C’est très académique, mathématique, probablement bien écrit et interprété, mais je n’y trouve pas de feeling. Il ressort de ces morceaux un maelstrom de sons, parfois anarchiques, avec beaucoup de technique, un son de guitare criard…mais une fois le titre terminé, on cherche la mélodie. Même “Dirty Soap Box” qui voit les interventions de Hackett et D’Virgilio sonne trop cacophonique à mes oreilles. Personnellement après plusieurs écoutes (du même titre, comme “Hypocrites“) je suis incapable d’en fredonner une ligne mélodique… Bref ça ne rentre pas.

A côté de ces morceaux expérimentaux, les morceaux plus mélodiques tels “Static“, “Trust” ou “Truth Behind“, reviennent au côté floydien, que j’avais aimé et qui me semble être ce que Kerzner fait de mieux. Ici on retrouve un mélange de ballade, de pop-prog très agréable avec souvent une base de piano simple mais efficace. L’album se termine sur un épique de 17 minutes, “The Carnival Of Modern Life“, divisé en 5 sections et qui alterne les passages psychédéliques (l’intro) avec des revisites de thèmes déjà explorés auparavant (“Hypocrites” malheureusement, ou “Right Back To The Start“). Heureusement la deuxième moitié est très réussie et nous emporte dans un voyage plus aérien et apaisé avec de belles envolées de guitares posées sur des arrangements de claviers très symphoniques.

Ce disque ne m’a clairement pas emballé (et au vu des avis dithyrambiques lus à droite et à gauche, je fais figure d’exception), mais je le trouve très déséquilibré entre des morceaux qui sonnent anarchiques à mes oreilles et d’autres très soft et mélodieux. En fait je pense que ce disque serait plus destiné à illustrer un film ( je le vois bien en bande son d’un film d’animation par exemple ) qu’à une simple écoute dans son salon.

DAVE KERZNER – STATIC

Dave Kerzner - Static (2017)

Titre : Static
Artiste : Dave Kerzner

Date de sortie : 2017
Pays : États-Unis
Durée : 74’30
Label : –

Setlist

1. Prelude (0:39)
2. Hypocrites (8:29)
3. Static (5:19)
4. Reckless (5:38)
5. Chain Reaction (4:43)
6. Trust (4:46)
7. Quiet Storm (2:08)
8. Dirty Soap Box (5:43)
9. The Truth Behind (7:11)
10. Right Back to the Start (1:50)
11. Statistic (2:53)
12. Millennium Man (3:31)
13. State of Innocence (4:48)
14. The Carnival of Modern Life (16:52)

Line-up

– Dave Kerzner / lead & backing Vocals, keyboards, guitar, bass, drums, Fx, production & mastering

With:
– Durga McBroom / vocals
– Lorelei McBroom / vocals
– Ewa Karolina Lewowska / vocals (3)
– Fernando Perdomo / guitar, bass, drums, backing vocals
– Randy McStine / guitar, Fx
– Chris Johnson / guitar (5)
– Steve Hackett / guitar (8)
– Ruti Celli / cello
– Colin Edwin / bass (3)
– Matt Dorsey / bass (4)
– Stuart Fletcher / bass (5)
– Derek Cintron / drums
– Alex Cromarty / drums (5)
– Nick D’Virgilio / drums (8)
– Scott Martin Gershin / Fx

 

A propos de l'auteur

Articles similaires