Daniel Cavanagh - Monochrome
4.5Note Finale

Dans la foulée et très peu de temps après la sortie de l’excellent dernier album d’Anathema, The Optimist, Daniel Cavanagh nous présente son premier véritable album solo Monochrome, qu’il aurait pu sortir sous le nom du groupe tant il en respire l’atmosphère. Cet album se veut quelque part le prolongement de The Optimist mais va un peu plus loin en créant ici des climats nettement plus introspectifs et intimistes. En cela Monochrome serait aussi proche d’ un album “phare” d’Anathema, A Natural DisasterDe là à imaginer que Daniel Cavanagh en fut le principal  compositeur, il n’y a qu’un pas que nous n’hésiterons pas à franchir.

Le guitariste s’exprime ainsi pour la sortie de son nouveau disque : “L’album a une sensation de fin de soirée, aux chandelles, évoquant la lumière du crépuscule alors que le soleil d’été coule sous l’horizon, mettant la scène pour des pensées et des méditations auxquelles beaucoup de gens se rapportent”. Sans conteste, on se doit d’affirmer que son rôle dans Anathema, fut jusqu’à présent primordial,  le binôme qu’il forme avec son frère Vincent au niveau des compositions relevant du très haut de gamme.

C’est donc à un voyage intérieur auquel il nous convie sur ce Monochrome empreint de beaux thèmes émotionnels différant un tantinet de son travail au sein d’Anathema. Et pour cette première expérience en solo, cet album lui permet de développer “enfin” ses propres idées sans les contraintes dues à un groupe, mais sans pour autant s’en démarquer vraiment. D’ailleurs, la bonne surprise est la délicieuse voix d’Anneke Van Giersbergen dès le deuxième titre “This Music“. Ils se connaissent depuis fort longtemps et avaient enregistré ensemble un excellent “live” en 1999 (In Parallel). Danny avait aussi collaboré à Pure Air, le projet solo d’Anneke. Quoi qu’il en soit, quand on a la chance d’avoir dans son carnet d’adresse une chanteuse de cette trempe, on ne se prive pas de lui demander de participer à son nouvel enregistrement.

La belle hollandaise est encore présente sur le troisième titre “Soho”, auquel les notes répétitives de piano donnent toute l’ampleur. Plus encore, Daniel donnera une très grande importance au piano sur tout cet album qu’il faudra écouter très religieusement, car il est fondamentalement atmosphérique. Sur la quatrième (et plus longue) compo “The Silent Flight Of The Raven Winged Hours“, les thèmes propres à Anathema ressurgissent. Ce titre est entêtant et l’on y réentend encore des effluves de piano acoustique dès l’intro. Les tonalités mélodramatiques de ce titre instrumental n’ont d’égal que le jeu  du musicien très souvent à la lisière d’une certaine mélancolie.

On notera sur ce titre la présence aux violons et violoncelle d’Anna Phoebe. Ces instruments à cordes donnent à ce titre les passages les plus intenses de Monochrome. L’ambiance monte crescendo vers un paroxysme introduit par de superbes sons de guitares et de synthé, pour redescendre ensuite sur le piano acoustique. C’est très certainement un des morceaux les plus aboutis de ce disque et une des meilleures compositions carrément “progressive” de Daniel Cavanagh toutes périodes confondues. C’est justement le titre “Dawnqui suit et qui fait vaguement retomber l’intensité, les cordes d’Anna  Phobe réapparaissant aussi dans cette autre compo instrumentale.

On retrouvera avec grand plaisir la belle Anneke sur l’avant dernier titre “Ocean Of Time“. Elle forme avec Danny le duo parfait tant ils dégagent ensemble beaucoup de “feeling“. Ce morceau se termine par des sonorités de guitare très proches de celles d’un The Edge de U2, le bruit des vagues sur une plage concluant admirablement cet “océan de temps” sur lequel nous nous trouvions. C’est sur ces vagues (présentes sur tout le titre), que l’on arrive à la fin de ce  bien bel album avec “Some Dreams Come True” qui est un instrumental où le piano figure encore au premier plan, relayé par les cordes d’Anna, suivis de quelques synthés au milieu de ces vagues. Danny termine ce disque comme il l’avait commencé, dans un climat mélancolique. Il y a ajouté des voix enfantines, toujours bercées par ces fameuses vagues. Digne conclusion d’un album fondamental dans la carrière du guitariste et de la galaxie Anathema.

DANIEL CAVANAGH – MONOCHROME

Daniel Cavanagh - Monochrome (2017)

Titre : Monochrome
Artiste : Daniel Cavanagh

Pays : Angleterre
Durée : –
Date de sortie : 2017
Label : KScope

Setlist

1.The Exorcist ( 06:47 )
2.This Music ( 04:53 )
3.Soho ( 07:42 )
4.The Silent Flight Of The Raven Winged Hours ( 09:13 )
5.Dawn ( 02:47 )
6.Oceans Of Time ( 08:15 )
7.Some Dreams Come True ( 08:37 )

Line-up

Daniel Cavanagh , vocals, piano, keyboards, guitars
Anneke Van Giersbergen vocals
Anna Phoebe, violon, cello

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires