Dam Kat - Alawn
4.5Note Finale

Dam Kat a beau être la force créative de Children In Paradise, son nouvel album est un vrai album solo et non un disque parallèle de son groupe. Si on retrouve le fidèle Gwalchmei aux guitares, les autres instruments sont tenus par Martial Baudoin (basse et mixage), Tony Carvalho (Batterie), Emmanuel Tissot de Motis apporte ses claviers et mellotron et Benjamin Simao une touche originale avec une lyre celte sur “I Believe“. Surtout l’album est plus autobiographique, personnel pour la compositrice que ceux de Children in Paradise. Alawn c’est l’harmonie, la complétude en vieux gallois, l’état vers lequel on aspire après avoir traversé les épreuves. Et d’épreuves il en est question ici de par les thèmes abordés, la souffrance, la perte d’êtres chers, la religion qui tue au lieu de rassembler et la difficulté à aimer. Cet univers plus sombre se ressent également dans la musique, plus métal, doom parfois que celle de Children in Paradise, même si la lumière (l’harmonie) est au bout du chemin et que la touche celtique est toujours présente, car le grand Loïc Bléjean est toujours présent avec des cornemuses irlandaises…

Au bout de plusieurs écoutes j’ai vécu ce disque presque comme un voyage initiatique, et même s’il n’est pas auto-déclaré comme un concept album, il faut l’écouter dans l’ordre tellement on sent une progression et une évolution au fil des morceaux : la tristesse et le courage d’affronter la douleur (“Courage & Sorrow“), la lutte contre ses démons (“The Devil Inside Me“), la libération (“Feel Free“), l’apaisement (“I Write A Poem“) , l’amour (“Try To Love“), le rejet de l’intégrisme qui vole la foi (“Who Are These Gods ?”) et enfin l’harmonie avec soi-même (“I Believe“)… Avec ce canevas, la musique se fait ici plus sombre, plus lourde avec un contraste fort entre les guitares saturées et la cornemuse qui, la plupart du temps, conduit la mélodie. “Courage & Sorrow” donne la couleur de départ avec une mélodie profondément mélancolique surmontée de la voix diaphane de Dam Kat puis, petit à petit, la cornemuse se met en branle sur un thème presque militaire et des chœurs fantomatique viennent souligner un chant qui devient cri, comme pour exorciser une douleur intérieure… “Devil Inside Me” enfonce le clou dans ce côté sombre avec un titre qui tire encore plus vers le doom, un chant tantôt clair, tantôt guttural qui illustre le petit diable qui nous parle intérieurement, un titre presque effrayant dans son traitement avec un des rares vrais solo de guitare de l’album dans son final. “Feel Free” plus léger démarre comme un morceau des Doors, avec un orgue digne de Manzarek , et va illustrer avec un duel orgue / guitare la libération de l’esprit. Ce morceau est le plus rock-vintage de l’album avec un travail de guitare rythmique et un solo encore remarquable de Gwalchmei…sur tout le début de l’album le fond des morceaux est accompagné de chœurs fantomatiques, liturgiques qui donnent à la fois un côté sacré et inquiétant à la musique de Dam Kat.

A partir de “I Write A Poem” et surtout sur le très anathemien dyptique “Try To Love”, la musique se fait plus lumineuse, plus positive, comme si on s’élevait vers la lumière. On est toujours dans des low-tempos avec des guitares lourdes mais le chant, les lignes mélodiques ont changés…on trouve maintenant des passages plus planants, plus aériens (“Try To Love I“) et la voix devient également plus aérienne, à la Lisa Gerrard (“Try To Love II”) avant un final qui m’évoque le Anathema d’Alternative 4. “Who Are These Gods” nous ramène au refus de l’intégrisme religieux et des attentats commis au nom de la religion. Sur la base d’une chanson douce, au départ, Dam Kat incarne le mal en doublant de nouveau son chant clair en chant guttural pour finir sur un glaçant ‘Your soul is dead‘… “I Believe” termine l’album sur une note plus légère et apaisée. L’atmosphère se fait plus douce, presque reposée avec low whistle et lyre pour illustrer l’harmonie retrouvée. Dam Kat  a pris l’habitude de nous proposer des albums exigeants. Alawn est un disque écrit avec les tripes, un album impossible à passer en musique de fond et qui vous happe pour ne plus vous lâcher… Un très très bel album qui ne laissera pas indifférent.

DAM KAT – ALAWN

Dam Kat - Alawn (2017)

Titre : Alawn
Artiste : Dam Kat

Date de sortie : 2017
Pays : France
Durée : 72’10
Label : Inside Out

Setlist

Courage and Sorrow, Devil inside me, Feel free, I write a poem, Try to love – Part I, Try to love – Part II, Who are these gods ?

Line-up

Kathy Millot ” Dam Kat ” – chant – + – Gwalchmei – guitares –