Chris Isaak - First Comes The Night
4.3TOP 2015

Cela faisait quand même six longues années que notre ami Chris Isaak n’avait pas sorti un lot de chansons originales. Depuis Mr Lucky précisément (2009). Après le double album hommage à la Sun Records (Beyond the Sun, 2011), le voici donc de retour avec avec un First Comes the Night façonné à Nashville et produit par Paul Worley (Dixie Chicks, Lady Antebellum, Martina McBride), Dave Cobb (Jason Isbell, Shooter Jennings) et l’inamovible Mark Needham. Pour autant, cette douxième livrée n’est pas véritablement country bien qu’ici et là l’emprunt au genre de quelques instincts d’intensité granuleuse ajoute à l’ensemble (« The Way Things Really Are »).

En réalité, la rampe de lancement de l’album résume assez bien les choses an faisant du morceau titre un single dans la lignée des Traveling Wilburys (excusez du peu) puis de « Please Don’t Call »  un acte absolument festif dans sa façon de traiter la rupture sentimentale. Dès lors, peu de surprises : Chris Isaak frappe dans sa zone de confort. Mais l’album ne se contente pas de ronronner. En s’enrichissant de l’univers de Nashville, sa musique gagne en texture, en profondeur. Le chanteur à la fois crooner glamour (« Kiss Me Like a Stranger »), acteur talentueux (chez David Lynch notamment), au look de surfeur désarmant de charme à la cool, sourire ultra-bright en prime, assure aussi bien dans le style sixties (« Down in Flames »), fifties (« Don’t Break My Heart ») que dans le jazz gypsie (« Baby What You Want Me To Do ») ou le rock bien tapé (« Insects »). Une association de talents qui construit le classique instantané « Reverie », écrit avec Michelle Branch et nouveau « Wicked Game » certifié (rien que ça).

Alors, évidemment, on pourra avancer que cet album ne fait aucunement avancer le schmilblick de Chris Isaak tant chaque chanson peut s’associer à son ruban musical. Mais loin d’être une production de plus, First Comes the Night s’ajoute à une discographie décidément haute perchée, qui semble étreindre passionnellement chaque mesure. Spécialiste des histoires d’amour qui finissent mal, véritable quintessence de son œuvre, Chris Isaak démontre 30 ans après ses débuts une capacité intacte à confectionner des mélodies simples, efficaces, puis à les caresser d’une voix toujours incroyablement évocatrice sans jamais jouer les excités. À ce petit jeu, il reste l’incontestable héritier de son héros de toujours, Roy Orbison… et plus, si affinités.

CHRIS ISAAK – FIRST COMES THE NIGHT

Chris Isaak - First Comes the Night (2015)

Titre : First Comes the Night
Artiste : Chris Isaak

Date de sortie : 2015
Pays : États-Unis
Durée : 41’42 + 13’31 (version deluxe)
Label : Vanguard Records

Setlist

1. First Comes The Night 4:17
2. Please Don’t Call 5:17
3. Perfect Lover 3:32
4. Down In Flames 2:54
5. Reverie 3:56
6. Baby What You Want Me To Do 2:59
7. Kiss Me Like A Stranger 3:21
8. Dry Your Eyes 4:32
9. Don’t Break My Heart 2:33
10. Running Down The Road 2:39
11. Insects 2:52
12. The Way Things Really Are 2:36

Version deluxe:
13. Some Days Are Harder Than The Rest 4:04
14. Keep Hanging On 2:21
15. Every Night I Miss You More 1:48
16. The Girl That Broke My Heart 2:59
17. Love The Way You Kiss Me 2:15

Line-up

– Chris Isaak / vocals, guitar

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.