Caravan - For Girls Who Grow Plump In The Night
4.5TOP 1973

Août 1971 : la composition du sémillant « Nine Feet Underground » sur le monumental In The Land Of Grey And Pink (1971) avait poussé David Sinclair à s’évader de la célèbre caravane du Canterbury – direction Robert Wyatt et son Matching Mole fraîchement sortis de terre. Trop avant-gardiste à son goût, la taupe jazzy occupera le claviériste le temps d’un court album (Matching Mole , 1972). De son côté, Caravan ponctuait ses ambitions jazz-rock sur le très anonyme Waterloo Lily (1972). Si l’on ajoute à l’affaire les départs amorcés de Steve Miller et de Richard Sinclair, il en fallu peu pour convaincre notre homme (David Sinclair, suivez bien) d’accepter la proposition tout à fait décente de Richard Coughlan et Pye Hastings de revenir au bercail. Un choix rendu d’autant plus facile que Pye Hastings signera la quasi-totalité des compositions présentes sur ce cinquième album au titre lacanien en diable : For Girls Who Grow Plump In The Night, sentence qu’un traducteur peu scrupuleux pourrait traduire par « pour les filles qui deviennent dodues pendant la nuit ». Tout un programme !

Au rayon musique, « Memory Lain, Hugh Headloss » donne une idée de l’énergie renouvelée et sophistiquée déployée. Les orchestrations caractéristiques de Caravan conservent leur spontanéité jouissive, bourrée d’ellipses fulgurantes et de rythmiques affûtées comme un opinel (la faute au nouveau bassiste John G. Perry). Un petit côté rock (« C’Thulu« ) offre même le champ libre à de brillantes variations du violon alto de Geoff Richardson quand le reste de la formation semble totalement galvanisé. Le romantisme assumé de « Surprise, surprise » et « The Dog, The Dog… » introduit quant à lui le long instrumental « L’Auberge du Sanglier« , hommage à un restaurant situé alors près de Albi. Mieux, dans ce tourbillon ébouriffant, la machine bestiale propose sans trembler sur une vaillante reprise du thème « Backwards » des cousins de Soft Machine. Un soupçon de témérité au plaisir mélomane, le tout servi avec ce charme indémodable dont on fait les très grands crus. Avec ce For Girls Who Grow Plump In The Night, le Canterbury raffiné de Caravan gagnait en saveur pour toucher son sommet discographique.

CARAVAN – FOR GIRLS WHO GROW PLUMP IN THE NIGHT

Caravan - For Girls Who Grow Plump In The Night (1973)

Titre : For Girls Who Grow Plump In The Night
Artiste : Caravan

Date de sortie : 1973
Pays : Angleterre
Durée : 40’06
Label : Deram

Setlist

1. Memory Lain, Hugh / Headloss (9:14)
2. Hoedown (3:18)
3. Surprise, surprise (4:05)
4. C’thlu thlu (6:12)
5. The dog, the dog, he’s at it again (5:38)
6. Be alright / Chance of a lifetime (6:35)
7. L’auberge du Sanglier / A hunting we shall go / Pengola / Backwards / A hunting we shall go (reprise) (10:05)

Bonus tracks on remaster (2001):
8. Memory Lain, Hugh / Headloss (9:18)
9. No! (« Be Alright ») / Waffle (« Chance of a Lifetime ») (5:10)
10. He Who Smelt It Dealt It (« Memory Lain, Hugh ») (4:43)
11. Surprise, Surprise (3:15)
12. Derek’s Long Thing (11:00)

Line-up

– Richard Coughlan / drums, percussion, timpani
– Pye Hastings / vocals, elelectric guitar
– John G. Perry / bass, vocals, percussion
– Geoff Richardson / viola
– David Sinclair / keyboards

Guests:

– Paul Buckmaster / electric cello (7)
– Tony Coe / clarinet, tenor sax (1)
– Jimmy Hastings / flute (1)
– Rupert Hine / synthesizer (1-2-6)
– Pete King / flute, alto sax (1)
– Harry Klein / clarinet, baritone sax (1)
– Henry Lowther / trumpet(1)
– Jill Pryor / voice (5)
– Chris Pyne / trombone (1)
– Frank Ricotti / congas (2-3-5-7)
– Barry Robinson / flute, piccolo (1)
– Tom Whittle / clarinet, tenor sax (1)

Orchestra arranged by John Bell & Martyn Ford, conducted by M. Ford

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

  • Gregory Rapuc

    en ragardant la pochette je pense que le titre est plutot un expression imagée pour dire « pour les filles qui tombent enceintes durant la nuit »

    • Oui, et même plutôt que « tomber enceinte », dont le ventre s’arrondit la nuit 🙂 J’adore cette pochette par ailleurs…

      • Gregory Rapuc

        j’ai toujours eu une préference pour celle de In the Land of Grey and Pink.
        mais c’est vrai que celle-ci est plus « significative » …