Barock Project - Detachment
4.5TOP 2017

Après un live sorti l’an passé (VIVO) dans la foulée d’un quatrième album extrêmement apprécié de la critique (Skyline), les transalpins de Barock Project reviennent à la manœuvre avec Detachment, une œuvre à la fois orageuse et emprunte d’une maturité qui fleure bon la sérénité des quatre musiciens. La grande nouvelle les concernant est évidemment l’arrivée du bassiste Francesco Caliendo et un chant dorénavant partagé entre Luca Zabbini et quelques invités (Alex Mari, Ludovica Zanasi, Peter Jones).

Barock Project gagne ici en profondeur de champ. L’ajout d’une pincée de nervosité bien dosée, de cordes et de flûtiaux subtiles ouvre parfois la porte sur l’écho d’un Jethro Tull mais la force du combo réside dans cette alchimie particulière qui lui permet de développer un univers trempé dans ses références prog (Steven Wilson, E.L.P, PFM, Spock’s Beard) et classiques tout en étant dégagé du poids de l’attraction. Rare.

Et puisque la bonne fée de l’inspiration se mêle parfois bien des choses, l’effet est saisissant. En évitant de plomber l’ambiance par des excès anxiogènes à la mode, Barock Project présente un bréviaire de chansons plutôt joyeuses dans un esprit Kaipa da Capo pour n’en citer qu’un (« Secret Therapy »). Et si l’enveloppe sonore est en tout point conforme à ce que l’on peut attendre d’un album de prog-rock moderne et respectueux de ses ancêtres, on reste aussi bien transporté par leur capacité à jouer de la simplicité touchante (« Alone ») que des apartés excités distillés avec un bon goût irréprochable. La fraîcheur de cette musique feu-follet tient la curiosité en éveil avec ses rythmiques irrésistibles, ses riffs qui donnent envie de se mordiller les lèvres, le plaisir coupable des claviers juste ce qu’il faut de vintage et une production qui achève de rendre l’affaire intense.

Carré or, le groupe ne pousse jamais la chose trop loin. Il garde la bonne distance et ne se perd jamais à chercher le gros son ultime (« Broken »). Porté par ses treize compositions impeccables et scintillantes, par ses mélodies entrecroisées, Detachment joue de son paradoxe : hirsute et ordonné, plein de ces turbulences hormonales à la fausse naïveté, capable de trouver des trésors contagieux dans des textures acoustiques (« Twenty Years »), heavy (« Old Ghosts »), pop (« Rescue Me »), celtique (« A New Tomorrow ») et même jazzy (« Spies »). N’en jetez plus ! Detachment est un disque formidable.

BAROCK PROJECT – DETACHMENT

Barock Project - Detachment (2017)

Titre : Detachment
Artiste : Barock Project

Date de sortie : 2017
Pays : Italie
Durée : 74’59
Label : Artalia

Setlist

1. Driving Rain (1:02)
2. Promises (5:05)
3. Happy to See You (7:37)
4. One Day (7:23)
5. Secret Therapy (5:37)
6. Broken (9:10)
7. Old Ghosts (4:07)
8. Alone (3:14)
9. Rescue Me (4:55)
10. Twenty Years (6:06)
11. Waiting (5:43)
12. A New Tomorrow (7:39)
13. Spies (7:23)

Line-up

– Luca Zabbini / lead vocals, keyboards, guitars (electric, acoustic & 12-string), mixing & mastering
– Marco Mazzuoccolo / electric guitar
– Francesco Caliendo / bass
– Eric Ombelli / drums, percussion

With:
– Alex Mari / vocals
– Ludovica Zanasi / vocals
– Peter Jones / vocals (6,8)

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires