Anubis - Different Stories
4.5Note Finale

Une tournée ça coûte cher, ça coûte d’autant plus cher qu’on est indépendant, et c’est encore pire quand on vient jouer en Europe et qu’on habite ‘The land down under‘… Partant de ce constat et devant financer une (courte) tournée se terminant au Night of the Prog Festival, les australiens d’Anubis ont décidé de mettre leur public à contribution pour co-financer leur déplacement. Plutôt qu’un crowdfunding ou la sortie d’une compilation, Anubis a produit ce Different Stories, une revisite acoustique de 7 titres de leur back-catalogue et un inédit. Attention ici les morceaux sont retravaillés en profondeur, il ne s’agit pas d’une adaptation à la va-vite. J’y retrouve la démarche qu’avait eu Marillion avec Unplugged at the Walls il y a 20 ans : une refonte, un ré-arrangement complet des morceaux pour tenir compte des contraintes de l’exercice acoustique. Ici aucune guitare électrique, pas de claviers saturés, de bass pedal, de batterie lourde ou de mellotron… Tout est réarrangé pour tourner autour du chant et des guitares acoustiques. Comme sur Tower Of Silence, c’est “The Passing Bell” qui ouvre le bal, dans une version forcément plus douce, moins heurtée et syncopée que l’originale. Les soli de la dernière section prennent une nouvelle couleurs en étant interprétés à la guitare acoustique avec juste un soutien discret de batterie et d’orgue. Les quatre albums sont revisités et ceux du premier sont pour moi présentés dans une version qui leur rend un hommage appuyé, mieux produits, réarrangés, “The Deepest Wound” et “Leaving Here Tonight” s’imposent avec classe et sont presque méconnaissables en regard de la version originale.

Puisqu’on parle de 250503, le titre inédit “Technicolour Afterlife” est présenté comme étant celui qui originellement aurait dû donner son nom au premier album du groupe avant d’en être finalement écarté: il voit ici le jour dans sa version originale… Pour ceux qui veulent tenter l’écoute de 250503 complet, cette ballade sur base guitare / orgue était sensée clore le disque et l’histoire. Seul titre de The Second Hand,  “Fool’s Gold” est finalement assez peu différent dans sa première partie de la version originale, puis les envolée de guitares originales sont ici remplacées par un travail couplé entre du Melodica et de la guitare acoustique. Pour “Dead Trees“, le tempo original est (très) ralenti, et c’est une version très apaisée, bien plus douce et calme qui est proposée : un must. Autre titre de l’album du même nom : “Hitchhiking To Byzantium“, voit apparaître quelques accents jazzy. Le morceau est construit sur des accords d’orgue hammond à la Jack McDuff et la guitare se fait parfois jazz dans la réinterprétation des chorus et soli. “The Holy Innocent” est présentée dans une version raccourcie et ralentie où pour une fois c’est le piano qui est bien mis en avant en plus de l’orgue. Comme sur le morceau original, la fin du morceau voit apparaitre un solo de saxo ténor, ici bien plus chaud car isolé que dans le titre original qui parait presque surproduit lors d’une écoute comparative.

C’est une très belle récompense qu’Anubis a offert à ceux qui les ont aidés. Loin d’un album au rabais ou d’une compilation constituée à la va-vite, il y a dans ce Different Stories un vrai travail d’orfèvre sur la revisite, les réarrangements. On retrouve évidemment le chant, reconnaissable, entre IQ et Sylvan et surtout ce sens implacable de la mélodie auquel Anubis nous avait habitué et qui est ici dépouillé de tout superflu, nu. Ce disque est un album magnifique, indispensable aux amateurs du groupe…et a ceux qui aiment la belle musique, simplement. Tiré à 500 exemplaires seulement il n’y en aura peut-être pas pour tout le monde?

ANUBIS – DIFFERENT STORIES

Anubis - Different Stories (2018)

Titre : Different Stories
Artiste : Anubis

Date de sortie : 2018
Pays : Australie
Durée : 60’45
Label : –

Setlist

1. The Passing Bell (13:20)
2. The Deepest Wound (4:28)
3. Fool’s Gold (6:34)
4. Dead Trees (7:21)
5. Leaving Here Tonight (3:51)
6. Hitchhiking to Byzantium (9:02)
7. The Holy Innocent (9:45)
8. Technicolour Afterlife (6:24)

Line-up

– Robert James Moulding / vocals, acoustic guitar, percussion
– Dean Bennison / acoustic & slide guitars, clarinet, vocals, mixing
– Douglas Skene / acoustic & jazz guitars, vocals
– David Eaton / piano, organs, keyboards, acoustic guitars, laúd, strings, melodica, vocals
– Anthony Stewart / bass, vocals
– Steve Eaton / drums, percussion, vocals

With:
– Martyn Cook / tenor sax (7)

 

A propos de l'auteur

Articles similaires