Antimatter - Black Market Enlightenment
4.5TOP 2018

Ce disque au nom quelque peu énigmatique est le 7ème album d’Antimatter.  Si ces dernières années la production du groupe de Mick Moss était restée de qualité, force était de constater que le groupe peinait à se renouveler et qu’il était parfois difficile de différencier les albums les uns des autres.

Avec Black Market Enlightenment, enfin, quelque chose s’est produit et Antimatter toujours en conservant ses racines dark, presque gothiques, a élargi le spectre de sa musique pour proposer (enfin diront les plus chafouins) des nouveautés : Mick Moss, désormais seul aux commandes est épaulé au chant sur la quasi-totalité des morceaux par deux femmes, Carla Lewis et Aleah Starbridge. Surtout Moss a inclus dans sa musique des instruments nouveaux (pour Antimatter) avec la présence importante de flûtes, de saxophones et surtout d’un kamancha, sorte de violon vertical perse, qui apporte une touche orientale aux morceaux. De plus, en s’étant frotté, depuis The Judas Table à la revisite de “Welcome To The Machine“, Mick Moss s’est imprégné d’un feeling floydien, certes sombre, mais qui était jusque-là absent des compositions du groupe. Black Market Enlightenment est constitué de neuf titres pour une durée d’une heure. Autour d’une signature reconnaissable entre mille (ces guitares lourdes et la voix unique de Moss), chaque morceau va visiter un style particulier, différent, passant du doom au rock mélancolique atmosphérique, de la musique orientale au rock progressif, du gothique à la world-music.

L’album commence et s’achève sur deux titres monumentaux de puissance, typique du rock sombre tendance doom qui a fait le succès du groupe depuis ses débuts. “The Third Arm” et “Liquid Light” mèlent ambiances étourdissantes et densité sombre, avec juste ce qui faut de synthés pour napper les ambiances sur lesquelles viennent se greffer des murs de guitare ou d’ebow. C’est entre ces deux titres que Moss fait toute la différence avec ses productions précédentes : atmosphères plus majestueuses avec un piano désincarné sur “Wish I Was Here“, et l’arrivée sur le finale d’une flûte qui virevolte autour des trémolos barytons du chanteur. Sur “This Is Not Utopia“, on retrouve la patte que Moss avait mis sur sa reprise de “Welcome To The Machine” : une base rythmique synthétique avec des riffs de guitare un peu crunchys qui rappellent parfois le “Run Like Hell” de qui vous savez, le final au saxo, apporte encore de la nouveauté à la musique d’Antimatter. “Sanctification” démarre doucement, calmement sur des arpèges légers, on retrouve l’ambiance de Leaving Eden, puis à la moitié du titre, un saxo rugueux vient épauler, dialoguer avec une guitare rageuse…C’est superbe.

Avec “Existential“, c’est une tendance orientale qui se greffe au travail de Moss. Premier titre ou apparaît le kamancha, le mysticisme envahit le morceau, que ce soit par les volutes de ce violon oriental ou par les chœurs féminins aériens…”What Do You Want Me To Do?” est une courte ballade acoustique vient s’intercaler entre ce titre et “Between The Atoms“, titre menaçant, point culminant du disque qui renoue avec l’orient, en rajoutant une touche métal.

Avec cet album Mick Moss termine son émancipation démarrée avec Leaving Eden. Terminée la période Duncan Patterson qui voyait le groupe se qualifier de ‘saddest band in the world‘. Ici les influences multiples mêlées aux racines du groupe offrent un album très réussi, probablement le plus abouti de la carrière d’Antimatter. Le coté gothique/doom est toujours présent, parfois discret, parfois écrasant, la voix si particulière de Moss conjuguées aux chœurs féminins sensuels, ainsi que l’originalité apportée par les flutes, saxo et kamancha font de ce disque un album incontournable.

ANTIMATTER – BLACK MARKET ENLIGHTENMENT

Antimatter - Black Market Enlightenment (2018)

Titre : Black Market Enlightenment
Artiste : Antimatter

Date de sortie : 2018
Pays : Angleterre
Durée : 55’39
Label : Music In Stone

Setlist

1. The Third Arm (4:57)
2. Wish I Was Here (6:40)
3. This Is Not Utopia (6:27)
4. Partners In Crime (5:50)
5. Sanctification (7:15)
6. Existential (7:19)
7. What Do You Want Me To Do? (2:32)
8. Between The Atoms (8:25)
9. Liquid Light (6:14)

Line-up

– Mick Moss / acoustic & electric guitars, ebow, keyboards, programming, bass, vocals, composer, co-producer

With:
– Carla Lewis / vocals (1-5,8,9)
– Aleah Starbridge / vocals (6)
– Julie Rodaway / flute
– Paul Thomas / sax
– Vardan Baghdasaryan / qamancha
– Fab Regmann / drums

 

A propos de l'auteur

Articles similaires