A.C.T. - Trifles and Pandemonium
3.3Note Finale

Plonger dans un double album et qui plus est « live», dont on nous a dit le plus grand bien,  dont en plus on n’a jamais rien entendu de cette musique auparavant n’est pas mince affaire, mais c’est ce que je vais essayer de faire sans garantie de résultat probant. Je ne connaissais donc rien des suédois d’A.C.T , bien qu’ils  existent depuis une quinzaine d’années,(on peut avoir des oublis) -avant d’attaquer cette chronique, et après plusieurs écoutes je peux dire que ce n’est pas à proprement parlé « my cup of tea ». Oui, vous avez lu comme moi sur votre site préféré la chronique élogieuse de leur précédent opus Circus Pandemonium, et si vous êtes en plein accord avec celle-ci, la suite risque de vous décevoir un tantinet

Leur double sixième album Trifles And Pandemonium a donc été enregistré « live » en Suède et j’avoue ne pas être tombé à la renverse durant son écoute, ACT étant typiquement le genre de groupe de « progressif » au sens noble du terme. Je m’explique, le chant et la musique se réfèrent largement à Yes, ce qui n’est pas un mince compliment, on pourra aussi penser à Spocks Beard au niveau de la construction des morceaux. Arrêtons les références et venons-en à Trifles And Pandemonium qui plaira incontestablement aux amoureux des deux groupes précités mais aussi à tous les amateurs de musique torturée et alambiquée dont je partage les goûts, mais seulement en partie.

En effet par excès de tarabiscotage A.C.T en oublie  la mélodie, qui à mon sens fait terriblement défaut sur cet album. On ne peut nier les qualités intrinsèques  de ce disque, ni le grand talent de ses interprètes, mais il n’empêche que cette avalanche de notes peut lasser à la longue. Phénomène que l’on pouvait ressentir jadis chez des géants comme King Crimson, Van der graaf Generator voire Gentle Giants, alors qu’à contrario  Genesis, Floyd ou Camel insufflaient une plus grande richesse harmonique à leurs  compositions, mais on ne va pas rouvrir le débat, cela reste bien sûr un avis personnel – du titre « Starless » de KC, je préfère le début plus que la fin, vous m’avez compris ?

Sans rancune, mais sans être méchant, comme autre petite ressemblance j’ai noté quelques réminiscences avec Saga notamment sur le titre « Walz With Mother Nature » duquel A.C.T a emprunté la section rythmique, mais certainement inconsciemment – c’est encore plus flagrant sur le titre suivant, « A Wond That Wond Heal », alors  là,  les riffs  de guitares sont quasiment « copié collé ». Tout ceci n’est pas grave, loin de là, il en reste malgré tout un album très riche musicalement et statistiquement bien au-dessus des productions actuelles.

Bilan global positif pour ce double album très (trop) long qui dégage quand même un talent incontestable auquel il est vrai, je ne suis pas insensible. Le charme de A.C.T n’a donc pas eu d’effet sur moi, mais ce n’est pas important, je ne doute pas une seconde de son pouvoir de séduction sur une majorité du public « prog », mais c’est simplement qu’à titre individuel que je reste un peu circonspect et assez insatisfait. Il n’y aurait quasiment que le morceau « A Mothers Love » avec l’ajout d’une magnifique voix féminine qui m’interpellera, mais c’est un peu normal, c’est le plus « cool » et le plus mélodique de Trifles And Pandemonium.

Je vous laisse juger par vous-même  ces deux albums d’A.C.T ,  perso je vais réécouter des trucs plus « soft », mais c’est sans doute la période estivale durant laquelle j’écris ces lignes qui demande une musique plus « planante » et « aérienne » – mais dans laquelle doivent figurer cependant de longs passages mélodiques, ce sont des forces « majeures » et pour moi des points fondamentaux à toute forme de musique, qu’elle se réclament « progressives » ou assimilées.

A.C.T. – TRIFLES AND PANDEMONIUM

ACT - Trifles & Pandemonium (2016)

Titre : Trifles and Pandemonium
Artiste : A.C.T.

Date de sortie : 2016
Pays : Suède
Durée : 2 CD + 1 DVD
Label : Avalon

Setlist

Disc 1
1. The End
2. Everything’s Falling
3. Abandoned World
4. The Wandering
5. Waltz With Mother Nature
6. Take It Easy
7. A Supposed Tour
8. Svetlana
9. Wailings From A Building
10. Mr. Landlord
11. Dance Of Mr. Gumble
12. Manipulator
13. Joanna
14. Call In Dead
15. A Wound That Won’t Heal
16. A Mother’s Love
17. Manager’s Wish
18. A Truly Gifted Man

Disc 2
1. The Story So Far
2. The Making Of Trifles And Pandemonium
3. Tributes From the Past

Line-up

– Jerry Sahlin / Keyboards, Vocals
– Ola Andersson / Guitars, Vocals
– Peter Asp / Bass, keyboards
– Herman Saming / Lead Vocals
– Thomas Lejon / Drums

Votre avis

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.